Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Stock / Dossiers / 1 - Les Enjeux

1 - Les Enjeux

Les négociations sur la LOASP ont été le lieu d’une confrontation entre le CNCR et l’Etat sur leurs visions de l’agriculture familiale et du monde rural. Cette confrontation continue avec les négociations sur la mise en œuvre de la loi.

Il ne s’agit pas d’être pour ou contre d’autres formes d’agriculture (agriculture d’entreprise et agrobusiness) ou d’être contre l’urbanisation. Ces formes d’agriculture existent et le Sénégal s’urbanise de plus en plus. Il s’agit de savoir si l’Etat donne à l’agriculture familiale les moyens de se transformer et de se moderniser ou si on la laisse mourir à petit feu. Il s’agit aussi de savoir si on continue à traiter les ruraux comme des citoyens de seconde zone.
Le manifeste paysan de janvier 2003 posait très clairement ces enjeux, et la position et les exigences du CNCR.
Ces questions ne sont pas nouvelles. Avant l’alternance politique de 2000, il y avait des partisans de l’agriculture d’entreprise et de l’agrobusiness. Ce qui est nouveau c’est que le discours sur l’agriculture d’entreprise et l’agrobusiness est devenu le discours officiel de l’Etat et que des programmes et des décisions sont pris dans ce sens.
C’est par rapport à ces enjeux que les OPA doivent négocier titre par titre, chapitre par chapitre et article par article, les modalités de mise en œuvre de la LOASP.
Il faut cependant noter que les négociations sur la mise en œuvre de la LOASP ne sont pas le seul lieu de confrontation des visions. Toutes les négociations avec l’Etat (DSRP, SCA, Plan REVA, Programmes spéciaux, programme agricole, Réforme foncière, etc.), avec les partenaires au développement (PSAOP, PDMAS, PNDL, Programme de relance de l’arachide, etc.), avec les institutions sous régionales (PAU de l’UEMOA, PA de la CEDEAO, TEC de l’UEMOA et de la CEDEAO, APE entre l’UE et la CEDEAO), et avec les institutions internationales (négociations sur l’agriculture au sein de l’OMC) sont aussi des lieux de cette confrontation
Les OPA ont obtenu que la LOASP ne traite pas que de l’agriculture, mais aussi du monde rural. Les OPA doivent en collaboration étroite avec les élus locaux s’intéresser à l’ensemble des politiques publiques et en particulier celles qui concernent directement le monde rural. L’Etat a toujours favorisé les villes et les populations urbaines, pour des raisons politiques évidentes. Au moment où la population sénégalaise devient majoritairement urbaine, les OPA doivent veiller à ce que le fossé qui existe entre le monde rural est le milieu urbain en matière d’infrastructures et de services publics soit progressivement comblé. Sinon, les jeunes continueront à fuir massivement les villages pour des villes où il n’y pas d’emplois correspondant à leurs profils.