Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Vidéothèque / Ahmed Bachir Diop, président de l’IPAR

Ahmed Bachir Diop, président de l’IPAR

1er juin 2014

Monsieur Ahmed Bachir Diop, Directeur général de la SODEFITEX et président de l’Association Cotonnière Africaine (A.C.A), est le Président du conseil d’administration de l’Initiative prospective agricole et rurale (IPAR). Pour le lancement officiel du nouveau site internet, il nous parle de cette institution.

1. Pouvez-vous nous présenter l’IPAR ?

L’Initiative Prospective Agricole et Rurale est un espace de réflexion, de dialogue et de proposition pour des politiques agricoles et rurales concertées au Sénégal et dans la région ouest-africaine.
L’initiative a été lancée par des spécialistes de l’agriculture et du monde rural passionnément impliqués, depuis de longues années, dans des dynamiques d’appuis aux organisations paysannes et de promotion de pratiques agricoles et rurales durables .Ces femmes et hommes ont très vite perçu la nécessité de créer un espace autonome et permanent pour réfléchir en toute indépendance sur la situation actuelle et l’avenir de l’agriculture, sur les dynamiques de transformation du monde rural et plus globalement des sociétés sénégalaise et ouest africaines.
Cette initiative a été formalisée en 2005 par quatre institutions, deux publiques (DAPS et ISRA) et deux privées (CNCR et ENDA GRAF). La volonté de préserver et de renforcer l’autonomie et la liberté de pensée de ce creuset de réflexion prospective a conduit à la transformation de l’IPAR en une association d’utilité publique dont l’assemblée générale constitutive s’est tenue en août 2008. L’association, constituée exclusivement de personnes physiques est enregistrée et reconnue officiellement par les autorités compétentes.

2. Pourquoi avoir créé l’IPAR ?
La finalité de l’IPAR est de renforcer les capacités nationales et Ouest africaines de réflexion prospective et stratégique sur l’agriculture et le monde rural, de proposer des analyses et propositions concrètes pour la mise en œuvre d’alternatives susceptibles de renverser les tendances négatives actuelles et de consolider les dynamiques de progrès économique et social. A terme, il s’agit de participer à la création de capacités institutionnelles durables en matière de prospective agricole au Sénégal et dans la sous région.

3. Que peuvent attendre les acteurs du monde rural et surtout les décideurs d’une telle initiative ?
Plusieurs choses. Notons qu’il existe une diversité d’acteurs potentiellement intéressés par nos résultats. Les destinataires de nos résultats sont aussi bien les décideurs politiques (membres du gouvernement, parlementaires, élus locaux), les acteurs privés (Organisations professionnelles agricoles, entreprises, professionnels de la communication économique...) que le monde de l’éducation, de la formation et de la recherche (universités, grandes écoles, instituts de formation professionnelle..). Les professionnels de l’agriculture, étudiants, citoyens anonymes, soucieux de s’informer et de se forger un point de vue sur l’avenir de l’agriculture sénégalaise sont aussi des « clients » de notre association. La communauté des bailleurs fonds, les ONG et les organisations économiques sous régionales trouveront sans aucun doute intérêt à consulter nos analyses.  

Nos contributions visent à fournir à tout ce monde des informations et des analyses stratégiques sur le secteur agricole et le monde rural par l’utilisation judicieuse de canaux de communication divers et variés, en français et dans les langues nationales (publications, site web, blogs, multimédia, conférences et tables rondes, panels, séminaires, etc.).
C’est dans cet esprit que nous avons accompagné la FONGS pour la capitalisation du processus d’élaboration de la Loi d’orientation agro-sylvo-pastorale (LOASP). Autre signe que notre démarche suscite de l’intérêt et répond à une attente, nous avons été sollicités par la commission des lois de l’Assemblée nationale pour l’animation d’un séminaire de formation de ses membres aux enjeux de la LOASP.