Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Nouvelles de l’Ipar / Atelier de lancement de l’année internationale de l’agriculture familiale (...)

Atelier de lancement de l’année internationale de l’agriculture familiale (AIAF 2014 -Sénégal)

2 juin 2014

Le CNCR, la FAO, l’IPAR, l’IED, Enda Pronat, ActionAid, COPAGEN ont procédé, ce mardi 17 décembre 2013, à Douta Seck, au lancement de l’année internationale de l’agriculture familiale, sous la présidence du Ministre de l’agriculture et de l’équipement rural, Dr Papa Abdoulaye Seck. .

Cet atelier a également été l’occasion de mettre sur pied, en partenariat avec le ROPPA, le comité national de pilotage de l’observatoire des exploitations familiales. La rencontre a été facilitée par M. Bara Guèye, Directeur de l’IED-Afrique.

Les Nations Unies ont décrété, lors de la résolution du 22 décembre 2011, l’année 2014 l’année internationale de l’agriculture familiale. La cérémonie de clôture a été présidée par M. Ali HAidar, Ministre de la pêche et des affaires maritimes.

Le constat était le même et les avis convergeaient, que l’agriculture familiale est l’un des meilleurs gages pour assurer une autosuffisance alimentaire au Sénégal et dans le monde.

Dans son mot de bienvenue, le président du CNCR a rappelé le contexte favorable de la mise en place de l’AIAF, avant de souligner :

  • L’Importance et la place socio-économique et culturelle de l’agriculture familiale
  • Les contraintes liées à une meilleure productivité
  • Les enjeux fonciers et dimension sous-régionale (ROPPA)
  • L’opportunité qu’offre l’Année Internationale de l’Agriculture Familiale : visibilité, en termes de plaidoyer
  • Les défis par rapport aux orientations politiques
  • L’interpellation des autorités sur leur engagement durant l’année, en faveur d’une promotion de l’agriculture familiale (investissement en faveur de l’agriculture familiale)

Au nom de la société civile, Mme Mariam Sow, coordonatrice de l’ONG Enda Pronat, est revenue sur les enjeux et défis qui se posent à l’agriculture familiale et la nécessité d’accompagner les exploitations familiales, aussi bien par le gouvernement que par la société civile. Pour elle, il importe de mettre l’accent sur la nécessité de préserver les terres rurales face aux investisseurs étrangers et nationaux. Elle a invité tous les acteurs, notamment la société civile à se mobiliser en faveur de l’agriculture familiale et de ses représentants.

Le représentant du ROPPA, le Président de la plate forme du Togo s’est réjouit de l’occasion, avant de saluer le rôle majeur que joue le Sénégal dans cette organisation sous-régionale. Il a également félicité les acteurs sénégalais pour la parfaite organisation de la rencontre qui permettra le lancement de l’observatoire.

M. Vincent Martin, représentant résident de la FAO au Sénégal, dans son allocution est revenu sur les motivations de la décision des Nations Unies de faire de l’année 2014, l’année internationale de l’agriculture familiale. Il a aussi souligné les nouvelles orientations de la FAO et le mandat qui lui a été donné par les Nations-Unies, pour appuyer la mise en œuvre technique de l’AIAF. Il s’est engagé à ne ménager aucun effort, en partenariat avec le FIDA, pour accompagner les acteurs sénégalais pour l’atteinte des objectifs assignés à cette année.

Dr Papa Abdoulaye Seck, Ministre de l’agriculture et de l’équipement rural, a dans son allocution insisté sur les orientations politiques de l’Etat du Sénégal et les efforts réalisés par le gouvernement en faveur de l’agriculture en général. Il a aussi affirmé l’engagement de l’Etat du Sénégal à accompagner la mise en œuvre des résolutions qui seront issues de cette année dédiée à l’agriculture familiale par l’ONU.

Pour terminer, il a insisté sur les éventuelles articulations qu’il faudrait trouver entre les différents chantiers mis en place par le gouvernement du Sénégal, à savoir la Commission Nationale de Réforme Foncière, le Code pastoral, la nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle (NASAN), l’Acte 3 de la décentralisation, la Stratégie Nationale de Développement Economique et Sociale.

A la suite de la cérémonie d’ouverture, Dr Cheikh Oumar BA a introduit le thème relatif à l’agriculture sénégalaise et notamment familiale dont il a présenté les caractéristiques. Cette agriculture fait face aujourd’hui à un contexte de crise alimentaire, renforcé par la transition démographique et l’impact des changements climatiques. Il a mis l’accent sur la nécessité de placer l’agriculture familiale au cœur des politiques publiques, tout en assurant un investissement responsable dans l’agriculture qui n’aliène pas les terres détenues par les ruraux.

 Le deuxième moment fort de l’atelier fut la mise en place du comité national de pilotage de l’observatoire des exploitations familiales. A cette occasion, les objectifs, les missions et la structuration ont été exposés aux participants.

Des discussions ont suivi les présentations en se focalisant sur les éléments ci-après :

  • la multifonctionnalité de l’Agriculture familiale (aspects culturels, sociaux et économique),
  • le rôle et la contribution de l’Agriculture familiale dans le développement du Sénégal (emploi, revenus, lutte contre la pauvreté, principale unité de production d’aliment, de bien et de services, GRN…)
  • la reconnaissance du rôle de l’AF comme moteur de la croissance
  • la revalorisation du statut et des métiers liés à l’AF
  • la nécessité de changement de paradigme pour accompagner l’évolution de l’AF (leviers de modernisation de l’AF, savoirs endogènes).
  • La meilleure connaissance et perception des réalités de l’AF
  • Les Menace de l’agro-business
  • La nécessité d’une harmonisation des politiques publiques

La cérémonie de clôture a été présidée par M. Haïdar El Ali, Ministre de la pêche et des affaires maritimes, en invitant les participants à faire de l’année 2014, une année de mise en débat des enjeux de l’agriculture, de la pêche, de l’élevage et de la foresterie. Il a réaffirmé le rôle majeur que doit jouer les organisations de la société civile, notamment des OP, pour accompagner à élaborer des politiques inclusives et participatives, en faveur du développement durable du Sénégal

Voir l’actualité sur le site du CNCR

Voir l’interview que nous a accordée M. Samba Gueye, Président du CNCR.

Revue de presse