Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Revue de presse / Autosuffisance alimentaire : Un programme de production de maïs hybride (...)

Autosuffisance alimentaire : Un programme de production de maïs hybride lancé à Badiana

7 mars 2015

Le secrétaire d’Etat en charge des Organisations paysannes, Moustapha Lô Diatta, a procédé, jeudi dernier, à Badiana (Bignona), au lancement du programme maïs hybride, au Sénégal, initié par la multinationale « Pioner » et la société Transfert des technologies.

Moustapha Lô Diatta, secrétaire d’Etat en charge des Organisations paysannes et maire de la commune de Djignaki, a soutenu que le programme de production à grande échelle de maïs hybride cadre avec la politique d’autosuffisance alimentaire définie par le président Macky Sall. « Nous fondons beaucoup d’espoir sur ce programme, puisqu’il va permettre aux populations de s’adonner à une activité rentable de commerce de maïs, d’avoir des revenus substantiels pour relever leur niveau de vie et de créer de la richesse dans le monde rural », a déclaré M. Diatta.
Il s’est engagé à soutenir le programme pour qu’il soit un succès éclatant dans tout le pays, notamment dans sa collectivité locale, et exhorté les populations sénégalaises à se l’approprier pour que les résultats escomptés puissent être atteints. Quant aux habitants de Badiana (un village de la commune de Djignaki), ils ont promis de s’investir pleinement dans ce programme. A cet effet, ils se sont engagés à cultiver 15 hectares de maïs hybride cette année et l’augmenter au fil des ans pour accroître la production.

Le programme maïs prévoit d’emblaver 6 000 hectares dans notre pays, en vue d’une production de 36.000 tonnes par an. En Casamance, le programme va démarrer avec 1 000 hectares pour produire 6 000 tonnes de maïs, à raison de six tonnes à l’hectare, lors de la première année. Cette production sera doublée à la deuxième année (12 000 tonnes). Le programme qui va s’étaler sur cinq ans, mettra un accent particulier sur la formation des producteurs, afin qu’ils puissent être plus performants.

Moussa SADIO
07 MARCH 2015
Source : http://goo.gl/O8ZXju  ;