Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Nouvelles de l’Ipar / Bilan de la FIARA

Bilan de la FIARA

1er juin 2014

La FIARA a fermé ses portes le 18 avril. Pour sa 11e édition, elle s’était déplacée de la Place de l’Obélisque au CICES, marquant une étape de plus dans la professionnalisation de l’évènement. Les OP partenaires de l’IPAR ont été fortement impliquées dans sa préparation.

Sur les stands de la foire, les produits de l’agriculture et de l’artisanat africains ont été à l’honneur. Des délégations de toute la sous-région se sont déplacées à Dakar pour l’occasion.

Diversité et richesse de l’agriculture sénégalaise
Sur les stands de la FONGS, partenaire de l’IPAR, la productivité des exploitations familiales a été mise en avant. L’agriculture de chaque zone agro-écologique a ainsi été présentée, ainsi que ses principales spécialités : huile de beurre et produits laitiers pour la zone sylvo-pastorale, riz de la Vallée, pâte d’arachide et céréales locales du Bassin arachidier, fruits et légumes des Niayes, huile de palme et miel du Sénégal oriental, etc.

Comment les exploitations familiales peuvent nourrir le Sénégal ?
Le CNCR et la FONGS ont également profité de l’évènement pour faire passer leur message politique et communiquer les résultats de leur réflexion stratégique sur la productivité des exploitations familiales, menée en collaboration avec l’IPAR. Une plaquette de communication, diffusée sur le salon, a repris les principaux éléments de l’analyse ainsi que les facteurs clés permettant aux exploitations d’améliorer leur productivité, mieux maîtriser leur espace et s’insérer dans un tissu économique et social dynamique.

Journée mondiale des luttes paysannes
Le samedi 17 avril a enfin été l’occasion pour le CNCR, qui est membre de Via Campesina, de montrer sa solidarité avec les paysans du monde. Il a ainsi organisé une déclaration publique dans les six langues parlées au Sénégal, dans laquelle il a réaffirmé sa volonté de défense du monde paysan et d’indépendance par rapport à toute tentative de main-mise ou de déstabilisation de la part de l’Etat. La déclaration s’est suivie d’un débat sur le thème "50 ans après l’Indépendance, quel avenir pour l’agriculture sénégalaise ?".