Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Revue de presse / Budget 2014 : 2836 milliards au lieu de 2287 : l’état se rectifie

Budget 2014 : 2836 milliards au lieu de 2287 : l’état se rectifie

1er juin 2014

De 2 287 milliards, annoncés samedi dernier en Conseil des ministres exceptionnel, le budget 2014 passe 2 836 milliards 310 millions de francs Cfa en une journée. Le ministère de l’Économie et des Finances qui nous a joint hier par téléphonie après l’annonce de la baisse constatée sur le premier chiffre soutient que le montant avancé par le gouvernement l’était selon la logique du Tableau des opérations financières de l’Etat (Tôle) qui n’inclut pas l’amortissement de la dette publique et les comptes spéciaux du trésor.

L’Etat revoit sa copie. Après avoir annoncé samedi dernier en Conseil des ministres que son budget pour l’année 2014 serait glo­balement à 2 287 milliards, le gouvernement avance un autre chiffre. Le ministère de l’Economie et des Finances, indique que l’an­née prochaine le budget atteindra 2 836 milliards 310 millions de francs Cfa. Mohamadou Moustapha Bâ, Directeur de la coopération économique et financière dudit ministère qui nous a joint par téléphone, hier dans la soirée, explique que le montant avancé en Conseil des ministres l’est selon la logique du Tableau des opérations financières de l’Etat (Tofe) qui n’inclut pas l’amortissement de la dette publique et les comp­tes spéciaux du trésor. Lesquels se sont donc ajou­tés aux 2 287 milliards annoncés pour gonfler le budget qui sera présenté à la Représentation nationale.

Ainsi, explique-t-il, au mon­tant avancé par le ministre de l’Économie et des Finances et son collègue du Budget en Conseil des ministres, il faudra ajouter 85 milliards 610 millions issus des Comptes spéciaux du Trésor qui étaient de 80,4 milliards en 2013, et 592 milliards 700 millions de francs Cfa de l’amortis­sement de la dette publi­que qui se chiffrait à 440 milliards 850 millions dans la loi de finances 2013. Ce qui devrait ramener le bud­get global de l’Etat en 2014 à 2 836 milliards 310 mil­lions de francs Cfa, soit une hausse de 305 milliards 194 millions de francs Cfa en valeur relative ou 12 % en valeur absolue.

Selon le tableau explicatif fournit par le ministère des Finances, les dépenses de personnel atteindront 490 milliards de francs Cfa l’année prochaine contre 467,1 milliards cette année. Les autres dépenses courantes seront de 726 milliards contre 630,3 milliards en 2013. Les dépenses en capital sur ressources inter­nes vont augmenter de 61,7 milliards de francs en 2014. Elles passent ainsi de 515,3 milliards à 577 mil­liards de francs Cfa. Quant aux dépenses en capital sur ressources externes, elles diminuent de 32,1 milliards de francs, passant de 397,1 milliards à 365 mil­liards de francs Cfa.

Samedi dernier, le Conseil des ministres qui s’était réuni exceptionnellement avait pour une première exa­miné et adopté le projet de budget de l’année 2014. Et le ministre de l’Economie et des Finances et son collè­gue du Budget y avaient indiqué que les dépenses totales prévues dans le pro­chain budget ont été éva­luées à 2 287 milliards. Ils estimaient que ledit projet de budget de 2014 a été éla­boré sur la base d’un taux de croissance projeté à 4,6 % (2014), contre 4% en 2013. Une projection que les deux ministres ont expliqué par « un regain de l’activité économique soutenu princi­palement par les investisse­ments dans les secteurs de l’agriculture, des infrastruc­tures, de l’autoroute de Diamniadio, de l’Aéroport International Blaise Diagne (Aibd) à Mbour et de l’éner­gie (amélioration de la distribution d’énergie électri­que), ainsi que la mise en œuvre des plusieurs autres projets structurants ».

Seyni DIOP

 

Source : walf du 24 septembre 2013