Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Revue de presse / Campagne agricole : Plus de 84.000 tonnes d’arachide commercialisées

Campagne agricole : Plus de 84.000 tonnes d’arachide commercialisées

2 juin 2014

A dix jours de la fin de la campagne arachidière, 84.000 tonnes ont été commercialisées, selon la Fédération nationale des opérateurs privés stockeurs et transporteurs (Fenopstec), et 19 milliards de FCfa mobilisés pour l’achat des graines.

Le président de la Fédération nationale des opérateurs privés stockeurs et transporteurs (Fenopstec) a révélé, hier, qu’à la date du 21 janvier, plus de 84.000 tonnes d’arachide ont été commercialisées et 13.780 tonnes de semences certifiées achetées pour une valeur totale de 19,8 milliards de FCfa. Seuls quelque 300 points de collecte sur les 1.200 qui avaient été retenus fonctionnent normalement, a-t-il ajouté au cours d’une conférence de presse. « A la suite de la réunion de suivi et d’évaluation que nous avons tenue ce mardi (hier, Ndlr), nous en sommes à 84.423 tonnes d’arachide écoulées pour un montant de 17 milliards de FCfa.

En ce qui concerne les semences certifiées, 13.780 tonnes ont été commercialisées pour une valeur de 2,9 milliards de FCfa. Ce qui fait qu’à la date du 21 janvier, nous en sommes à 19,8 milliards de FCfa injectés dans le monde rural pour l’achat des récoltes d’arachide », a-t-il détaillé. Les 9,1 milliards de FCfa ont été accordés en guise de prêt par la Caisse nationale de crédit agricole du Sénégal (Cncas) et les 10 milliards restants ont été mobilisés par les opérateurs sur fonds propres. « C’est dire que, contrairement à ce que certaines personnes avancent, l’Etat n’a déboursé aucun franc », a martelé Elhadji Tambédou.

L’équation du prix pratiqué dans les « loumas »
Mamadou Guèye dit « Parisien », conseiller de la Fenopstec, a abondé dans le même sens : « On ne reçoit aucun financement des autorités. L’Etat ne finance pas, ne commercialise pas, n’achète pas, ne transforme et ne transporte pas.

Il joue son rôle régalien en faisant en sorte que tous les acteurs respectent les règles du jeu. Ce sont les opérateurs qui vont chercher de l’argent dans les banques pour investir le créneau », a-t-il précisé. Selon lui, s’il y a des endroits où le prix de 200 FCfa le kilogramme fixé par l’Etat n’est pas respecté, c’est bien dans les « loumas » (marché hebdomadaires) où certaines personnes se rendent pour acheter l’arachide aux prix qui leur convient. Mais, dans les points de collecte, toutes les mesures ont été prises pour que le prix officiel soit appliqué. « Les opérateurs qui sont au niveau des points de collecte achètent l’arachide à 200 FCfa le kilogramme.

Dans les points de collecte mis en place, personne n’ose acheter le kilogramme de l’arachide à moins de 200 FCfa. Le problème, c’est au niveau des marchés hebdomadaires », a confié Mamadou Guèye. Pour illustrer ses propos, il a cité le cas de Touba. Selon lui, 2000 tonnes d’arachide transitent par jour dans cette cité où des gens qui se sont mis en marge du circuit officiel viennent s’approvisionner à bas prix. « Le Sénégal a officiellement 20.000 villages ; parmi eux, les 15.000 ont une vocation agricole.

Il faut cesser d’en faire un fonds de commerce politique et remettre de l’ordre » dans la filière arachidière, a martelé M. Guèye. La Fenopstec a, par ailleurs, invité la Suneor à faire un effort pour éponger la dette qu’elle doit aux opérateurs et qui se chiffre à 2,8 milliards de FCfa. Ce qui, ont-ils avancé, permettrait à certains de leurs collègues de s’engager pleinement dans la campagne arachidière.

Elhadji Ibrahima THIAM

 

Source : le soleil