Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Revue de presse / Concertation régionale autour de l’acte 3 de la décentralisation et du plan (...)

Concertation régionale autour de l’acte 3 de la décentralisation et du plan Sénégal émergent

20 avril 2015

Par une initiative conjointe du ministère de la gouvernance locale, du développement et de l’aménagement du territoire, et du bureau opérationnel de suivi du plan Sénégal émergent, a été déroulée au centre culturel l’étape Louga toise des journées de concertations régionales. les élus de la région en particulier et les acteurs territoriaux en général ont répondu massivement à cet atelier de partage. et les échanges ont porté sur les mécanismes sur lesquels s’appuient ces deux politiques pour une meilleure mise en œuvre.

« Il est extrêmement important que Louga se retrouve dans le Plan Sénégal émergent. C’est l’une des plus grandes régions contributrices au Produit intérieur brut (Pib). Sa part est assez substantielle. Au niveau des indicateurs de pauvreté, Louga, comparée à d’autres régions du Sénégal, n’est pas très mal lotie par rapport au taux. La région de Louga regorge aussi d’énormément de potentialités dans les secteurs de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche, du tourisme et même de la pisciculture. C’est une région qui devra contribuer à l’objectif d’émergence du Sénégal. Louga est un véritable laboratoire sur lequel doit s’appuyer le Plan Sénégal Emergent », a fait savoir Ibrahima Wade, le Directeur général du Bureau opérationnel de suivi de ce programme.

UN POTENTIEL ENORME
Cette région, qui constitue « le vivier d’élevage du Sénégal », et où des initiatives en matière aquacole et touristique sont entrain d’être mises en œuvre, surtout avec le potentiel qu’il y a dans le grand littoral, « a véritablement sa place dans le Sénégal émergent », a-t-il encore insisté. Non sans rappeler que sont déjà entrain d’être exécutés dans le cadre du Bci 2015 des projets relatifs au développement de la culture fourragère, à l’hydraulique pastorale, à la réhabilitation du ranch de Dolly (1,8 milliards en attendant les années à venir). Celui-ci a été retenu dans le PSE pour être un pôle intégré du pastoralisme. Cela va consister à réunir sur place les conditions d’une bonne alimentation du bétail, de croisement, d’abattage, de renforcement de la production à travers des unités, et de transformation. A cela s’ajouteront les travaux de clôture du ranch et l’augmentation de la disponibilité en eau.

En matière de formation professionnelle et d’enseignement supérieur, il n’est pas prévu que Louga soit érigée en pôle autonome. Seulement, sa proximité avec l’université de Saint-Louis laisse entrevoir des possibilités. « Il faut que les métiers, les connaissances et les ressources humaines soient en place pour pouvoir développer certaines filières », a fait remarque Ibrahima Wade.

Mieux s’approprier le Plan Sénégal Emergent en termes de potentialités et d’opportunités, c’est l’invite qui a été faite au secteur privé local pour son émergence. « Bâtir un véritable entreprenariat privé local, stabiliser la valorisation locale des productions maraîchère, fourragère, pastorale, d’élevage, et même le tourisme, c’est cela qui va créer les conditions d’une création d’emplois locale », a encore soutenu le le Dg du B.O.S. Qui est aussi d’avis que la valorisation locale des différentes productions passe par des facilitations par rapport à l’accès au financement. A l’en croire, au regard du potentiel en horticulture et en élevage par exemple, le grand défi est de stabiliser la production pour permettre la transformation. Un partenariat solide va être noué pour cela avec les collectivités locales et les entrepreneurs privés en rapport avec le ministère de la bonne gouvernance et la chambre de commerce.

EN ATTENDANT LES POLES TERRITOIRES
« Le Plan Sénégal émergent, c’est un certain nombre de projets phares et structurants qui dépassent l’espace territorial de la Commune. Le fait d’aller vers l’intercommunalité, en attendant l’érection de véritables pôles territoires, nous permettra de pouvoir déployer de grands projets structurants dans les différents domaines. Par exemple, il y a une ambition de positionner au niveau de la région de Louga ce qu’on appelle le corridor céréalier, un grand pôle de production fourragère. De tels investissements nécessitent de larges espaces, de larges territoires. Et cela, nous ne pouvons le régler que dans le cadre de l’intercommunalité », a encore plaidé Ibrahima Wade. Qui salue la démarche conjointe avec le ministère de la Bonne Gouvernance, du développement et de l’aménagement du territoire.

Selon Etienne Turpin, le Secrétaire général du dit ministère, « l’Acte 3 de la décentralisation constitue une déclinaison territoriale du Plan Sénégal Emergent. C’est important le fait d’amener les collectivités territoriales à nouer des ententes pour aller vers ce qu’on appelle les pôles territoires. Dans le schéma initial, il y a la mise en place de la communalisation intégrale avec la suppression des communautés rurales et des communes d’arrondissement, l’érection du département en collectivité locale, et le regroupement de plusieurs régions pour en faire des pôles aptes à porter le développement au niveau des territoires et lutter contre l’émiettement territorial. » Sur ce dernier point précisément, beaucoup de réticences avaient été notées lors de l’explication en son temps du texte portant sur « la décentralisation économique », incitant le gouvernement à en différer l’effectivité. « Nos régions sont petites, et leurs potentialités ne sont pas énormes pour porter le développement. Mais, le Président de la république souhaite développer le Sénégal à partir des potentialités des territoires. Il convient alors de mettre ensemble des départements qui ont les mêmes potentialités et réalités », a estimé M. Turpin. Qui annonce que l’expérimentation est envisagée. « Si c’est concluant, ce sera étendu. Mais, je ne peux pas aujourd’hui dire que les pôles seront mis en place dans une semaine, un ou deux mois. Ce sera en tout cas un processus bien encadré », a-t-il ajouté. La gestion de l’état civil, et le code des marchés publics ont aussi occupé une bonne place dans les débats.

Pape I DIAKHATE avril 17, 2015
Source : http://goo.gl/wLKn0M