Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / L’IPAR dans la presse / Directives volontaires : Une gouvernance foncière responsable visée pour les (...)

Directives volontaires : Une gouvernance foncière responsable visée pour les groupes vulnérables

19 novembre 2014

A l’occasion d’un atelier interrégional organisé dans la capitale du Nord par le Conseil national de concertation et de coopération des ruraux (Cncr), en étroite collaboration avec Initiative prospective agricole et rurale (Ipar), une quarantaine d’acteurs locaux des régions de l’axe nord et de Dakar ont planché, pendant deux jours, sur la mise en œuvre, dans notre pays, des Directives volontaires (Dv) pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale.

Le directeur exécutif d’Ipar, Dr Cheikh Omar Bâ, a rappelé que cette rencontre intervient après l’atelier national de partage et de réflexion sur le document des Dv et les sessions de formation des membres du Conseil d’administration du Cncr et des journalistes. Elle vise à sensibiliser les organisations paysannes, la Société civile, les médias, le secteur privé, les décideurs (le gouvernement, les fonctionnaires et les parlementaires) et des institutions de développement sur les recommandations des Dv en vue d’améliorer la sécurité foncière des petits cultivateurs et des groupes vulnérables.
Selon Cheikh Omar Bâ, la problématique de la gouvernance des ressources naturelles revêt une grande importance depuis très longtemps et a connu un regain d’intérêt avec les crises alimentaire, économique, énergétique et financière qu’a connues le monde ces dernières années. Ces différentes crises ont poussé les États et les multinationales à entreprendre des stratégies visant, respectivement, à assurer un accès facile et durable des populations de plus en plus nombreuses à la nourriture, à trouver des alternatives aux énergies fossiles et à investir dans de nouveaux secteurs jugés plus sûrs et plus rentables avec la hausse des prix des denrées alimentaires.En présence de la présidente du Crcr, Oulimata Ly de Podor, le coordonnateur d’Ipar a précisé que ce contexte a favorisé, au bout de quelques années, une ruée vers les ressources naturelles dans le monde et principalement la terre. Ce qui a eu des effets néfastes sur les communautés autochtones malgré les actions mises en œuvre par les organisations de la Société civile pour les soutenir dans leurs luttes. Ces actions ont amené la communauté internationale à une meilleure prise en compte des conséquences sur les populations locales concernées et à s’engager pour une gouvernance foncière responsable, à travers l’adoption des Directives volontaires pour une gouvernance responsables des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts (Dv).
Dans le même sens, Thierno Cissé, assistant au coordonnateur de la cellule d’appui du Cncr, a souligné que ces Directives volontaires ont été élaborées à travers un processus de consultation inclusif et transparent, initié par la Fao et finalisé grâce à des négociations intergouvernementales conduites par le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (Csa), auxquelles ont aussi pris part plus d’une centaine d’Etats, des représentants de la Société civile, du secteur privé, du monde académique et de la recherche, ainsi que des organisation internationales. 

Mbagnick Kharachi DIAGNE

Source : http://www.lesoleil.sn/index.php?option=com_content&view=article&id=43218:directives-volontaires-une-gouvernance-fonciere-responsable-visee-pour-les-groupes-vulnerables&catid=241:regions