Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Nos Publications / Études et recherches / Etudes sur les effets de la COVID19 / Étude filière Élevage - Aviculture et Covid-19 au Sénégal : Situation et (...)

Étude filière Élevage - Aviculture et Covid-19 au Sénégal : Situation et perspectives

Cette note d’information et d’analyse vise à contribuer à la relance de l’aviculture sénégalaise, en tenant compte du cadrage et du processus de relance initié en septembre 2020 sous l’égide de l’Etat du Sénégal en collaboration avec l’interprofession avicole.

Le Sénégal subit la pandémie de la Covid-19 avec des bouleversements significatifs dans tous les secteurs de son économie nationale, et en particulier l’élevage. Un Programme de Résilience Economique et Sociale (PRES) est mis en œuvre par l’Etat du Sénégal pour « renforcer le système de santé, soutenir les ménages, la diaspora, les entreprises et leurs salariés ». Le suivi de la situation et des conséquences des mesures de lutte contre la circulation du virus ainsi que celles de la riposte de l’Etat et des acteurs est indispensable pour évaluer les effets et orienter les actions d’atténuation, relance et reconstruction dans les court, moyen et long termes.

Malgré la Covid-19, l’élevage est toujours considéré comme un des piliers de l’économie sénégalaise. Sa contribution au PIB national évaluée à 3,6 % ainsi que sa contribution à la croissance avec 0,1% pour un PIB qui a progressé de 6,4%, reste relativement faible par rapport au potentiel du secteur (ANSD, 2020).

L’élevage a une marge d’amélioration importante qui continue à justifier sa place parmi les moteurs de croissance dans le Plan Sénégal Emergent (PSE). Le budget alloué au Ministère de l’Elevage et des Productions Animales (MEPA) a été de 26 milliards de FCFA en 2020 contre 152 milliards pour celui en charge de l’agriculture. Une telle allocation des ressources publiques est habituelle malgré l’intérêt déclaré régulièrement pour le secteur de l’élevage.

Les conséquences, sanitaires, sociales et économiques de la Covid-19 obligent à une révision des orientations et un rééquilibrage des choix stratégiques nationaux afin de mieux circonscrire et impulser les conditions d’une relance robuste et d’une reconstruction durable, en particulier de la chaîne de valeur avicole.

Une unanimité se dégage en Afrique pour devoir repenser maintenant les modèles de croissance et les modalités de transformation et de transition économique, énergétique, écologique et sociale. La nécessité d’une meilleure gestion publique des priorités économiques et des vulnérabilités structurelles a positionné l’éducation, la santé et l’agriculture comme les bases structurantes d’une croissance de meilleure qualité et surtout plus inclusive et autonome.

Dans cette perspective, l’IPAR conformément à sa mission de veille, d’alerte et de prospective, a entrepris d’analyser les effets de la pandémie et d’appuyer la formulation et la mise en œuvre de la politique publique d’élevage et santé publique vétérinaire. Son premier focus porte sur les chaînes de valeur lait, aviculture, moutons de Tabaski et intrants vétérinaires et zootechniques.

La présente note d’information et d’analyse est consacrée à l’aviculture et elle découle d’une approche de recherche-action articulant la documentation et l’analyse des effets du Covid-19 sur la chaîne de valeur avicole. Des informations et avis d’experts ont été recueillis à distance grâce à un réseau d’institutions partenaires et de collaborateurs de terrain à partir de mai 2020. Il faut noter que cette note est produite pendant que le Programme National de Développement Intégré de l’Elevage est en cours de formulation et d’évaluation par le MEPA et que des actions sont prises pour la formulation d’axes de relance pour l’aviculture sénégalaise.

Téléchargeable

Professeur Cheikh Ly
Expert associé à l’IPAR
Membre de l’Académie Nationale des Sciences et Techniques du Sénégal (ANSTS)