Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / L’IPAR dans la presse / Gouvernance foncière : Des parlementaires sensibilisés sur les directives (...)

Gouvernance foncière : Des parlementaires sensibilisés sur les directives volontaires

15 octobre 2015

Faire le point sur la gouvernance foncière au Sénégal en vue de voir les enjeux et les défis, c’est l’objectif de l’atelier d’information et de sensibilisation des parlementaires sur les directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale.

Cet atelier de deux jours, qui a été clôturé dimanche dernier à Saly, a été organisé par Ipar (Initiative prospective agricole et rurale) et le Cncr (Conseil national de concertation et de coopération des ruraux). A travers cet atelier, les initiateurs veulent discuter, sensibiliser les députés sur l’état d’avancement de la gouvernance foncière au Sénégal avant que la réforme foncière que le gouvernement du Sénégal a engagée n’arrive à terme. Cheikh Omar Ba, directeur exécutif d’Ipar, explique que la loi qui
régit la gouvernance foncière a atteint ses limites, car elle date de plus de 50 ans, et l’objectif de la réforme est de l’adapter au contexte actuel.
Au cours de cet atelier, les parlementaires ont ainsi échangé sur les directives volontaires pour une gouvernance responsable dont le Sénégal est cosignataire avec 130 pays. Pour le député Cheikh Seck, président de la commission développement et aménagement du territoire à l’Assemblée nationale, les acteurs devraient faire en sorte qu’un texte consensuel soit élaboré, qui même s’il ne peut pas éradiquer les problèmes
fonciers, qu’il puisse les ramener à des proportions gérables. Et selon lui, la voie suivie par la Commission nationale de réforme foncière (Cnrf) et les autres acteurs est la bonne. A ce propos, assure le représentant de la Cnrf, « nous voulons une réforme réussie. Si quelqu’un à de l’argent et qu’il veut exploiter des terres, il y a un cahier des charges gagnant-gagnant à respecter. Par rapport à cela, nous prenons en compte les directives volontaires ».
abciss@lequotidien.sn

Source : http://www.lequotidien.sn/index.php/economie/gouvernance-fonciere-des-parlementaires-sensibilises-sur-les-directives-volontaires