Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Nouvelles de l’Ipar / Gouvernance responsable des régimes fonciers : les leaders paysans a l’école (...)

Gouvernance responsable des régimes fonciers : les leaders paysans a l’école des directives volontaires

23 avril 2015

Les membres du comité de pilotage et les leaders paysans sont en conclave à Dakar pour quatre jours, depuis hier 21 avril. Ils sont formés sur les directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale.

Les leaders paysans sont en conclave à Dakar du 21 au 24 avril sur invitation du Cadre national de concertation des ruraux (Cncr) en partenariat avec la Fao, ActionAid, Ipar. Ils sont conviés à un atelier de formation sur « Les directives volonatires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale ».

Les différents acteurs ont salué cette formation qu’ils estiment être tenue à son heure. « Cette formation est extrêmement importante compte tenu du contexte. Nous sommes dans une réforme foncière où les investissements privés prennent le dessus sur les terres utilisées par les populations locales », a souligné Cheikh Oumar Ba, Directeur exécutif de l’Initiative Prospective Agricole et Rurale (Ipar).

Selon lui, la cohabitation entre les modèles d’investissements pose problème. « Faut-il privilégier un modèle sur un autre ? Nous sommes convaincus, et de plus en plus le gouvernement avec que le modèle le plus approprié est le modèle familial puisque c’est le modèle le plus important et le plus résilient », poursuit-il car à son avis le modèle familial « garantit plus d’emplois et plus de durabilité de notre système de production ». Pour lui, les directives volontaires viennent résoudre un problème en permettant de voir « comment gérer un espace avec différents usagers qui ont des intérêts différents et parfois divergents ».

Pour El Hadj Faye, secrétaire permanent de la Commission nationale de réforme foncière, « cette formation est très utile ». Tout en se félicitant de l’approche participative et inclusive utilisée dans le processus des réformes en cours, il est convaincu que « le renforcement des capacités des acteurs va permettre une meilleure compréhension afin d’avoir des réformes apaisées et consensuelles ».

Pour sa part, Aurélie Brès, Spécialiste gouvernance des régimes fonciers à la Division du Climat, de l’énergie et des régimes fonciers à la FAO, a rappelé que « l’idée de ce projet est d’aider au renforcement des capacités des civils sur les directives volontaires afin de leur permettre d’accroître leur connaissance, les inscrire dans leurs programmes de travail et d’être aussi en position d’enrichir le débat avec le gouvernement, avec le secteur privé, avec la recherche sur les directives volontaires ».

Selon elle, « les directives volontaires ont été adoptées en 2012 par le conseil mondial de la sécurité alimentaire et depuis la FAO s’attache à les diffuser et en faire bénéficier les différents acteurs à travers le monde ».

Chérif FAYE | 22/04/2015 

SOURCE/ http://www.sudonline.sn/les-leaders-paysans-a-l-ecole-des-directives-volontaires_a_24126.html