Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Nos publications / Études et recherches / Impact des investissements agricoles italiens dans les biocarburants au (...)

Impact des investissements agricoles italiens dans les biocarburants au Sénégal

Impact des investissements agricoles italiens dans les biocarburants au Sénégal : Études de cas dans les zones de Fanaye (St-Louis), de Nétéboulou et de Ndoga Babacar (Tambacounda)

En partenariat avec Action Aid Italie, l’IPAR a cofinancé et réalisé, sous la coordination du Dr Ibrahima Hathie, une étude sur l’impact des investissements agricoles italiens dans les biocarburants au Sénégal. Menée en 2012, cette étude s’est principalement focalisée sur les zones de Fanaye dans la région de Saint-Louis, de Nétéboulou et de Ndoga Babacar dans la région de Tambacounda.

Dans un contexte de crise énergétique mondiale et d’inefficacité des réponses nationales les autorités sénégalaises ont adopté de nouvelles options politiques centrées sur la diversification des sources d’énergie, en particulier par la promotion d’un important programme de biocarburants centrée sur la production de jatropha.

La stratégie sénégalaise de promotion des biocarburants est élaborée autour des principaux points suivants : i) développer des chaînes de valeur de bioéthanol et de biodiesel dans le court et moyen terme ; ii) créer un cadre législatif et réglementaire avec des incitations saines ; iii) assurer la participation des organisations de recherche-développement ; iv) impliquer les agriculteurs locaux dans les cultures énergétiques, et v) relever le défi de la sécurité alimentaire tout en cultivant des cultures bioénergétiques.

La loi n°2010-22 du 15 décembre 2010 portant loi d’orientation de la filière des biocarburants trace le cadre général à travers duquel l’Etat entend développer la filière des biocarburants. L’exposé des motifs met l’accent sur la filière comme une importante source de création d’emplois et de valeur ajoutée, contribuant ainsi à améliorer l’avenir de l’agriculture et des zones rurales. La réduction de la dépendance énergétique du Sénégal à l’égard du pétrole et du charbon est un autre justificatif de la décision de l’Etat d’investir dans les biocarburants.

C’est dans ce contexte que l’entreprise Jatropha Technology Farm (JTF/Senegal), une filiale de Tozzi Renewable Energy S.P.A. (TRE S.P.A.) et l’entreprise « SENETHANOL », détenue à 25% par des privés sénégalais et à 75% par ABE ITALIA SRL (investisseurs Italiens et danois) se sont investies dans ces activités avec différentes fortunes dont certaines préjudiciables à plusieurs niveaux. L’étude a permis d’analyser les processus d’investissement, de consultation et d’acquisition foncière ainsi que les effets socioéconomiques sur les communautés locales. Cette étude a aussi permis d’identifier et de formuler des propositions d’amélioration :
- Former les collectivités locales à l’application d’une bonne gouvernance locale reposant sur les six éléments qui en constituent le fondement que sont : l’obligation de rendre compte, la transparence, l’efficacité et l’efficience, la réceptivité, la prospective et la primauté du droit. Ce faisant, assurer une consultation préalable des populations dans tout processus d’investissement dans le foncier ;

  • Assurer une légitimité (acceptation sociale) des investissements en intégrant toutes les parties prenantes ;
  • Négocier les modèles d’affaires avec toutes les parties prenantes ;
  • Développer l’intercommunalité (au regard de l’immensité des superficies sollicitées par les investisseurs).