Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Revue de presse / ‘’L’agriculture sénégalaise connaîtra des métamorphoses’’ (ministre)

‘’L’agriculture sénégalaise connaîtra des métamorphoses’’ (ministre)

2 juin 2014

Le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Papa Abdoulaye Seck, a indiqué mercredi à Paris que le Sénégal s’est engagé à mettre en œuvre un programme qui fera connaître à son agriculture ‘’une véritable métamorphose’’.

‘’Cette vision est déclinée à travers des slogans connus et acceptés de tous’’ dont, entre autres, ‘’le Sénégal nourrit le Sénégal, le Sénégal sécurise et augmente les revenus de ses ruraux’’, a dit M. Seck qui présidait la journée de communication du Sénégal, au Salon international de l’agriculture (SIA) 2014 de Paris.

Il précisé, devant un parterre de techniciens, de directeurs sénégalais et de français, qu’il s’agit aussi d’assurer la sécurité alimentaire des populations et de faire de l’agriculture un levier de création d’emplois.

Pour le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, ‘’tout ceci est possible’’ en misant sur le potentiel du peuple sénégalais, la diversité bio-écologique, la disponibilité de la terre et de l’eau, les emprunts technologiques, etc.

‘’Le Sénégal veut assurer son indépendance alimentaire’’ et compte y parvenir en ‘’abrégeant les étapes’’, a dit Papa Abdoulaye Seck.

A ce propos, l’économiste Abdoulaye Seck, expert à la Direction de l’analyse des prévisions et statistiques agricoles (DAPSA), a décliné le Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise (PRACAS) qui cible le riz, l’arachide et la culture de fruits et légumes contre saison.

D’un coût global du PRACAS de 581 milliards de francs, le PRACAS vise l’autosuffisance d’ici 2017, a relevé l’économiste.

Sa mise en œuvre permettra de faire 313 milliards d’économies sur le riz et l’obtention de 2 points de croissance, a indiqué M. Seck, soulignant que pour l’oignon, il est prévu 9 milliards d’économie.

A cela s’ajoutent 28, 5 milliards d’entrée de devises pour l’arachide et 103 milliards d’entrée de devises également pour les fruits et légumes avec à la clé la création de 750.000 emplois.

Le PRACAS est mis en œuvre pour la production en riz blanc de très bonne qualité estimée à 1.080.000 tonnes, soit 1.600.000 tonnes de paddy à partir de la production locale à l’horizon 2017, a souligné pour sa part, le directeur général de la SAED, Samba Kanté qui a fait un exposé sur le PNAR (Programme nationale d’autosuffisance en riz).

Pour relever le défi de l’autosuffisance en riz, le PRACAS ambitionne déjà de réaliser 900.000 tonnes de riz paddy toutes zones confondues, dans le cadre de la campagne agricole 2014-2015.

Dans cette perspective, les superficies à mettre en œuvre dans la Vallée du Sénégal sont 90.750 hectares ainsi répartis : 38.000 en contre-saison chaude 2014 et 50.000 ha pour l’hivernage 2014-2014. Le programme assigne à la Vallée de l’Anambé (Sud) 3900 ha et 120.000 ha à la zone pluviale.

La manifestation s’est déroulée en présence de Mamadou Lamine Niang, président de l’Union nationale des chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture du Sénégal (UNCCIAS) et des ministres Alioune Niang (Commerce), Aminata Mbengue Ndiaye (Elevage), Mor Ngom (Environnement et Développement durable), etc.

Le footballeur sénégalais, El Hadji Diouf, était aussi présent. Il s’est d’ailleurs engagé à soutenir la politique d’autosuffisance en riz de son pays, le Sénégal, soulignant que ce sera le match le plus important de sa vie.

La cérémonie a été marquée par la projection d’un film sur ‘’l’emploi des jeunes en monde rural’’, suivie d’une série de communications sur le Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise (PRACAS) par l’économiste Abdoulaye Seck, expert à la DAPSA, le Programme national d’autosuffisance en riz (PNAR) par le directeur général de la SAED, Samba Kanté.

Il y a eu également des communications sur ‘’l’agriculture, levier de développement des exportations sénégalaises’’ par El Malick Diop, directeur général de l’ASEPEX, et les outils d’accompagnement pour les exportations agricoles par l’APIX.

 

Source : http://www.aps.sn/articles.php?id_article=125249