Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Nouvelles de l’Ipar / Les Think Tank de l’Afrique de l’Ouest invitent le secteur à joindre ses (...)

Les Think Tank de l’Afrique de l’Ouest invitent le secteur à joindre ses efforts à la CEDEAO pour atteindre l’autosuffisance en riz en 2025

Suite à la crise alimentaire mondiale de 2008, des programmes nationaux pour réduire les vulnérabilités ont été élaborés dans les quinze (15) pays de la CEDEAO. L’institution régionale dans son engagement à développer le secteur riz a initié « l’Offensive Riz », visant à atteindre l’autosuffisance en 2025.

16 février 2016

S’appuyant sur les conclusions de la Déclaration de Dakar suite à la réunion d’affaires de la CEDEAO sur le riz tenue en mi-novembre 2015, l’initiative « Offensive Riz », ouverte mardi 12 janvier sous la présidence de M. Alioune SARR, ministre du commerce de l’industrie et du secteur informel du Sénégal, de M. Kalilou TRAORE commissaire de la CEDEAO pour l’industrie et le secteur privé. Lors de la cérémonie d’ouverture, M Lakousan AURELIEN A G AYI, de Cote d’Ivoire représentant le ROPPA et Mme Aminata BADIANE présidente du conseil d’administration de l’IPAR, ont salué l’initiative et invité les participants à partager leur expérience relative aux politiques d’autosuffisance en riz.
Cette rencontre de 3 jours visait ainsi un partage d’expériences et de points de vues sur les différentes politiques et stratégies d’autosuffisance en riz en Afrique de l’Ouest, identifier les gaps de connaissances afin de contribuer à l’atteinte des objectifs fixés par les gouvernements des différents pays mais aussi celui de la CEDEAO visant l’autosuffisance en 2025. Dans l’ensemble, le potentiel de production, la cohérence des politiques publiques, l’évolution des efforts au cours des dix dernières années soutiennent l’hypothèse que seuls quatre pays sur les quinze de la CEDEAO ont la possibilité réelle d’atteindre ces défis (Nigeria, Côte d’Ivoire, Mali, Guinée)
Un objectif qui semble difficile à atteindre pour la plupart des pays de l’Afrique de l’Ouest. Même s’il faut reconnaître les importants efforts faits par les gouvernements de la région et le secteur prive et les Organisations professionnelles agricoles pour augmenter la production. Les importants progrès engrangés ca et la sont atténués par la demande de consommateurs qui croit encore plus vite que la productivité. Il en sort ainsi que le secteur privé devrait jouer un rôle très important pour compléter ceux des gouvernements.
Dans la diversité des thématiques à approfondir, l’IPAR, le CSEA et le CIRES ont identifié des priorités sur lesquelles ils vont concentrer leurs efforts et formuler des projets de recherche : Le partenariat public-privé, l’efficacité des modèles d’intégration et d’offres de services, Les modèles d’industrialisation, la cohérence des politiques d’autosuffisance et la façon dont elles sont mises en relation avec les politiques macros.
Une demande d’analyse approfondie et de réponse, à l’adresse des institutions, a été formulée par le commissaire en charge de l’industrie et du secteur privé de la Commission de la CEDEAO : quel est le volume d’investissement à atteindre pour réaliser les 8,3% de taux de croissance nécessaires à l’atteinte des objectifs d’autosuffisance qui sont de 25 millions de tonnes de riz usiné à l’horizon 2025 ?

===============
Le Rapport final _ Améliorer les politiques d’autosuffisance en riz en Afrique de l’Ouest Défis et opportunités - (PDF - 1.8 Mo)
The Final Report_ Improving rice self-sufficiency policies in West-Africa : Challenges and opportunités _ (PDF - 1.8 Mo)

Ils en ont parlé :

======

======

Chérif et Joseph - Cell. Com._IPAR