Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes (...) / Les principes des Directives au centre de conférence du département des (...)

Les principes des Directives au centre de conférence du département des ressources en eau de Farafeni, pour une meilleure gouvernance locale foncière

Dans le cadre du projet de mise en oeuvre des directives volontaires piloté par l’IPAR, la NACOFAG a organisé un atelier de formation des leaders paysans sur les principes des Directives au centre de conférence du département des ressources en eau de Farafeni (UpperBaddibou, North Bank Region, The Gambia).

Cet atelier de deux jours (du 21 au 22 février 2015) de formation des leaders paysans en Gambie a réuni une trentaine de participants à la tête d’organisations d’agriculteurs d’association Femmes, de riziculteurs, de commerçants etc. ; membres du National Coordinating Consultative (NCC).

Dans son allocution d’ouverture, le chef du district de BaddibouAlh. Ebrima Ansu Tamba Jammeh a exprimé sa satisfaction sur les relations de travail entre leaders paysans réunis autour d’une plateforme de dialogue multi-acteurs. Il a par la suite souligné que « le cadre d’analyse de la gouvernance foncière (LGAF) initié par la banque mondiale en collaboration avec des institutions comme le FIDA et les résultats de ces travaux sur les Directives permettrait une meilleure gouvernance locale foncière ». Le président de la plateforme paysanne nationale de la Gambie, Mr Alhagie Basse Mboge a quant à lui, souligné que ce projet de mise en oeuvre des directives a pour objectif global de renforcer l’accès et la sécurité foncière des petits exploitants par la promotion et l’intégration des principes de Directives volontaires aux niveaux appropriés. Selon M. Mboge les principes des directives permettent aux institutions, organisations de la société civile (OSC) et à d’autres partenaires clés d’améliorer la situation de la gouvernance foncière car facilitant la mise en œuvre de plans d’actions et d’évaluation fonciers à travers des mesures concrètes pour leur application. Mahamadou Fayinkeh, Président de NACOFAG et coordonnateur de la CCN, a souligné l’importance de la formation qui vise à renforcer les compétences des leaders paysans sur les principes des Directives Volontaires.
Dans son intervention, il a insisté sur le fait qu’il est temps d’établir une synergie dans la mise en œuvre des projets et programmes du pays et c’est ce qui a motivé la création de la CCN par divers parties prenantes pour servir de plate-forme à la gestion du projet. Il a mis l’accent sur l’importance d’informer les acteurs sur les directives et d’harmoniser leurs actions développées sur la gouvernance des régimes fonciers en Gambie. Il a rappelé que les résultats attendus du projet après deux ans de mise en œuvre permettront une capitalisation d’expériences sur les Directives mettant l’accent sur les principaux enseignements et les principaux impacts / résultats de la subvention reçue.
Dans son discours de clôture, le Secrétaire permanent du Ministère de l’Agriculture a exhorté les leaders paysans à travailler pour une large diffusion des directives auprès de leurs membres. Il a remercié la CCN et les bailleurs de fonds ainsi que leurs institutions collaboratrices pour l’organisation cette formation sur les directives pour les leaders. Ce qui leur permettraitde sensibiliser et éduquer les parties prenantes à la problématique de la propriété foncière.
En conclusion M. Bojang a réitéré que la propriété foncière, l’utilisation et le contrôle des ressources foncières doivent être revisités à travers le dialogue et le principe de la participation à tous les niveaux vu l’importance de la terre pour l’agriculture, l’élevage et par conséquent l’autosuffisance et la sécurité alimentaire. Il a exhorté les participants à joindre leurs efforts vers la quête nationale de l’autosuffisance alimentaire à travers les idéaux de SE Sheikh Prof.Alh. Dr. Yahya A.J.J.Jammeh à l’horizon 2016.
Recommandations
A la fin de la formation, des recommandations ont été formulées allant dans le sens de :

  1. Sensibiliser d’avantage sur les principes des Directives à différents niveaux surtout à la base ciblant les agriculteurs et les chefs traditionnels ;
  2. Fournir des efforts pour l’enregistrement de toutes les transactions foncières ;
  3. Faire une revue des lois foncières ;
  4. Sensibilisation des techniciens des ministères clés tels que l’agriculture, la gouvernance locale et du foncier, de la communication, de la Justice, de l’Intérieur, et le Bureau du Président ;
  5. Elargir l’atelier de formation des parlementaires à d’autres acteurs importants tels que les chefs coutumiers, le conseil régional, les gouverneurs etc. ;
  6. Mettre en place une stratégie de communication à tous les niveaux institutionnels sur les résultats obtenus de la mise en œuvre du projet pour sa pérennisation.