Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Ressources utiles / Politique générale / Lettre de politique du développement institutionnel du secteur agricole (...)

Lettre de politique du développement institutionnel du secteur agricole (LPDI)

Gouvernement du Sénégal, 1996

L’incidence de la pauvreté

Le secteur rural est caractérisé par une très forte incidence de la pauvreté par rapport aux villes. Ainsi, alors que moins de 17 % des ménages sont classés pauvres dans les zones urbaines, ce pourcentage atteint près de 45% dans les zones rurales et cache de très fortes disparités entre régions allant de 38% en Casamance à 53% dans la région de Kolda. L’analyse par département administratif fait apparaître une variance encore plus forte de l’incidence de la pauvreté, avec comme extrêmes Kédougou et Mbacké.

Les indicateurs de développement humain en milieu rural que sont la situation nutritionnelle, les taux d’analphabétisme et de mortalité sont très révélateurs de l’état de pauvreté. L’accès aux services sociaux essentiels est très limité.

Ainsi, près de 30% de la population sénégalaise n’atteint pas leminimum de ration alimentaire recommandé de 1.400 Kcal par jour et par habitant. En 1997, le taux d’analphabétisme féminin était de 77% pour une moyenne nationale de 52,8% ; le taux de mortalité maternelle (510 pour 10000) et infanto-juvénile (154 pour 1000). Près de 40% de la population rurale vit trop loin (plus de 5 km) d’un centre de santé primaire, et seulement 26% ont accès à l’eau potable.

Lettre de politique du développement institutionnel du secteur agricole