Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Revue de presse / MISE EN ŒUVRE DE L’ACTE 3 DE LA DECENTRALISATION La participation de la base (...)

MISE EN ŒUVRE DE L’ACTE 3 DE LA DECENTRALISATION La participation de la base souhaitée

2 juin 2014

Le président de l’Union des associations des élus locaux (Uael), Alé Lô a invité les autorités à impliquer davantage la base dans le processus de la mise en œuvre de l’Acte 3 de la décentralisation.
Le président de l’Union des associations des élus locaux (Uael), Alé Lô a, pour une appropriation de la réforme de l’Acte 3 sur la décentralisation, plaidé pour une implication accrue de la communauté dans la mise en œuvre de la politique, car trouve-t-il « le citoyen, au-delà des élections, doit participer directement à la gestion des affaires locales, traduisant ainsi le déplacement de l’étape de simple habitant à un acteur conscient du rôle qu’il doit jouer dans le développement de sa communauté ».
Le président Alé Lô, à côté de la directrice adjointe de l’Usaid, Alfreda Brewer, a présidé, hier mercredi 19 février, la cérémonie de remise de matériels informatique, et de mobiliers de bureau à l’Union des associations des élus locaux du Sénégal et à 12 autres collectivités locales. Un don de matériels qui, selon le Président Alé Lô, permettra « d’aider les collectivités dans leurs zones d’intervention à gérer de manière participative et transparente pour remplir au mieux leurs missions ».
Pour la directrice adjointe de l’Usaid, Alfreda Brewer, le soutien matériel aux collectivités locales vise à renforcer la politique de bonne gouvernance dans le pays avec une attention particulière sur les collectivités locales, car, juge-t-elle, ces derniers ont de nombreux défis à réaliser et doivent répondre au mieux aux attentes de la population.
La fin du programme gouvernance et paix, sanctionné par la remise de matériels de ce mercredi a permis, selon la directrice adjointe de l’Usaid à 12 collectivités locales d’améliorer, entre autres, l’équité, le respect de l’état de droit et la participation.

Ces résultats ont été possibles, a-t-elle poursuivi, après que les collectivités locales concernés aient établis de manière participative les diagnostics de leurs performances en matière de bonne gouvernance et ont ensuite mis en œuvre des plans d’actions destinés à améliorer leur situation.
Source : http://www.sudonline.sn/la-participation-de-la-base-souhaitee_a_17602.html