Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Revue de presse / Mise en œuvre effective de la politique agricole de la CEDEAO : Les (...)

Mise en œuvre effective de la politique agricole de la CEDEAO : Les organisations paysannes de la sous région affichent leur position

2 juin 2014

Le Togo accueil accueille depuis le début de la semaine une réunion de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest. Cette rencontre qui réunit les experts en agriculture, environnement et ressources en eau de l’Afrique de l’Ouest sera clôturée ce vendredi par la Conférence des ministres de ces secteurs précités.

Plusieurs décisions seront prises par les ministres pour l’accélération de la mise en œuvre de l’ECOWAP, la politique agricole de CEDEAO. En prélude à la réunion de ce vendredi, trois Organisations paysannes de la CEDEAO annoncent leur position que les ministres doivent prendre en compte. Il s’agit de l’Association pour la Promotion de l’Elevage au Sahel et en Savane (APESS), Réseau des Organisations d’Eleveurs et Pasteurs de l’Afrique (RBM) et du Réseau des Organisations Paysannes et de Producteurs de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA).

Dans une déclaration commune sortie à Lomé hier jeudi à la suite d’une conférence de presse, ces trois organisations à la Conférence des ministre de l’agriculture, environnement et des ressources en eau de la CEDEAO de trouver des mécanismes pour maintenir et renforcer le leadership de la CEDEAO et les acquis de la région, accélérer la création du marché agricole régional avec des instruments pertinents, la nécessité de créer un fonds régional pour soutenir le développement de l’agriculture familiale, d’adopter un programme régional pour soutenir la productivité des systèmes de production dans le secteur de l’élevage et renforcer la résilience des éleveurs/pasteurs, de garantir le rôle fédérateur de l’ECOWAP pour toutes les initiatives régionales et les interventions promues par les partenaires au développement, de veiller à la persévérance du rôle et du leadership de la CEDEAO pour accélérer la mise en œuvre des PNIA, de trouver des moyens pour minimiser les menaces liées à l’attribution massive des terres au secteur privé et de tout faire pour éviter des erreurs politiques qui soient préjudiciables au développement social et économique de la région.

Pour les responsables de ces organisations, la CEDEAO des peuples et le développement de la région passent par la libre circulation des personnes et des biens, la promotion de l’accès au crédit.

« Nous demandons aux décideurs politiques de la CEDEAO de penser au développement agricole en mettant dans le programme de politique agricole de la région, la facilité d’accès de crédit aux paysans, la libre circulation des personnes et de biens, l’accès aux crédits et de débloquer effectivement 10% des budgets des pays pour le financement de l’agriculture », a déclaré Mamadou CISSOKHO, le Président du ROPPA.

Ces trois organisations invitent donc la conférence des ministres à prendre en compte les préoccupations soulevées et les propositions faites en vue de la relance de la filière agricole dans les pays de la CEDEAO qui est le vecteur de développement de la plupart de ces pays.
Lire en ligne