Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Revue de presse / Moustapha Lô Diatta, secrétaire d’Etat : « Si les paysans sont structurés, (...)

Moustapha Lô Diatta, secrétaire d’Etat : « Si les paysans sont structurés, c’est l’agriculture qui gagne »

14 juillet 2014

Le nouveau secrétaire d’Etat à l’Accompagnement et à la Mutualisation des organisations paysannes, Moustapha Lô Diatta, promet de travailler en toute complémentarité avec le ministre de l’Agriculture, afin de pousser ce secteur clé de notre économie de l’avant. « Je suis né dans un milieu paysan et comme beaucoup de Sénégalais, je suis très sensible aux difficultés rencontrées par le monde agricole ». Le nouveau secrétaire d’Etat à l’Accompagnement et à la Mutualisation des organisations paysannes, Moustapha Lô Diatta, ne semble pas être dans un terrain inconnu.
Ce fils de paysan, né il y a 42 ans à Djinaki, dans le département de Bignona (Ziguinchor) est fier d’évoquer ses origines paysannes. Avec 8 % du Pib et 65 % des populations, l’importance de l’agriculture n’est plus à démontrer. Mais il reste convaincu qu’on ne peut pas parler de l’agriculture sans un accompagnement des acteurs et particulièrement des organisations paysannes. « Il faut les organiser, les structurer », souligne-t-il.
Mieux, « nous allons approcher les acteurs, rendre visite à tout le monde et essayer de voir comment mutualiser les moyens pour plus d’efficacité, plus d’accompagnement. Parce que si les paysans sont mieux organisés, mieux structurés, c’est l’agriculture qui gagne », ajoute le nouveau secrétaire d’Etat. Il promet aussi de travailler « en toute complémentarité » avec le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Papa Abdoulaye Seck.
Jusqu’ici, Moustapha Lô Diatta était le directeur général de l’Agence nationale pour la relance des activités socioéconomique en Casamance (Anrac). Même s’il part avec le sentiment du devoir inachevé, il peut se targuer d’avoir réalisé la restructuration de l’agence. Son regret, c’est que le programme de reconstruction et de réconciliation du développement durable ne soit pas validé par un conseil interministériel.
A peine deux ans à la tête de l’Anrac, il aura contribué à la faire connaître. Aujourd’hui, il se dit satisfait que l’Anrac puisse donner un « regain de confiance » aux populations, à l’Etat et aux partenaires. Marié et père d’un enfant, Moustapha Lô Diatta est un fervent militant de l’Alliance pour la République (Apr). Un parti qu’il a intégré en 2011, alors qu’il était encore enseignant chercheur à l’Université Assane Seck de Ziguinchor.
L’ancien chef de département de droit des affaires de l’Uasz sera charmé par les idéaux développés par le président de la République dans son programme du « Yonou Yokkuté », repris dans le Programme Sénégal émergent (Pse). Dans ledit programme, l’agriculture figure en bonne place. De quoi faire plaisir à l’enfant de Djinaki, devenu le tout nouveau secrétaire d’Etat à l’accompagnement et à la mutualisation des organisations paysannes. 

Maguette NDONG