Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / L’IPAR dans la presse / OMD POST-2015 : ANALYSE DE DONNEES STATISTIQUES Le Sénégal doit s’affranchir (...)

OMD POST-2015 : ANALYSE DE DONNEES STATISTIQUES Le Sénégal doit s’affranchir du Nord.

9 octobre 2014

Dans le cadre du programme de développement post-2015, l’Initiative prospective agricole et rurale (Ipar) a souligné l’intérêt pour les Gouvernements d’avoir des données fiables et exhaustives et à jour pour mieux mesurer, suivre et gérer les résultats en matière de développement.
Le Sénégal, comme d’autres pays en voie de développement, est à la traine au niveau de la statistique. Les données fiables sont quasi inexistantes alors que les politiques économiques ne peuvent pas être efficaces si elles ne disposent pas de statistiques fiables, crédibles et objectives. Alors que la plupart des nos données sont gérées par le Nord, l’Ansd et l’Ipar exhortent l’Etat du Sénégal à financer, par ses propres ressources, ses projets de collectes de données statistiques, et pour cause. Les données fournis par les pays développés pour nous-mêmes sont parfois très erronées. « La plupart des données, a indiqué le représentant de l’Ands, sont gérées par le Nord, et elles ne reflètent pas toujours les réelles préoccupations des nos Etats ».
« Il est constaté que les programmes de développement ne sont pas souvent fondés sur les statistiques fiables qui informent sur les besoins réels à satisfaire selon le secteur ou la région. Pis, les données internationales peuvent différer de celles nationales », a laissé entendre M. Ibrahima Athie, directeur de la recherche à l’Ipar. « Même si nous avons des structures capables de produire des données, ce qui reste à faire, c’est de les prendre et des les mettre à la disposition des décideurs afin qu’elles puissent prendre de bonnes décisions. Nous allons voir si les indicateurs choisis au niveau mondial reflète les intérêts des Sénégalais et apporter également la contribution du Sénégal », a soutenu Ibrahima Athie.
De l’avis de Baba Ngom du Cncr, la production des données est une nécessité pour permettre aux gouvernements de disposer des données fiables, exhaustives et faciles à communiquer pour ce qui est du programme de développement rural. Aussi, demande-t-il aux autorités de mettre à la disposition du Cncr les résultats définitifs du dernier recensement général de la population pour « avoir une connaissance exacte du nombre de ménages ruraux et situer les échecs de développement agricole ». « Les données doivent être collectées et analysées de manière désagrégée pour atteindre les groupes les plus démunis et marginalisés afin d’arriver à réduire les inégalités au sein de la société », a-t-il soutenu.

Source : http://www.rewmi.com/omd-post-2015-analyse-donnees-statistiques.html?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=omd-post-2015-analyse-donnees-statistiques