Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Revue de presse / Observatoire National de la Gouvernance Foncière : La phase-test lancée à (...)

Observatoire National de la Gouvernance Foncière : La phase-test lancée à Saint-Louis

22 octobre 2015

Une cinquantaine de représentants des collectivités locales, des organisations paysannes, des services régionaux de l’administration déconcentrée et de la Société civile ont pris part à l’atelier de lancement de la phase-test de l’Observatoire national de la gouvernance foncière (ONGF), organisé hier dans la capitale du Nord par le Cncr (Cadre national de concertation des ruraux).

Les travaux se sont déroulés en présence du directeur régional du développement rural (Drdr), Baboye Sada Ly, de la coordonnatrice du Pdidas, Mme Diop Ndèye Coura Mbaye, des points focaux des communes de Gnith, Ronkh, Syer, Mbane, Keur Momar Sarr, qui bordent le lac de Guiers, de Gandon, Fass-Ngom, Ndiébène-Gandiole et Diama, traversées par la vallée du Ngalam. Pendant 24 heures, les participants ont discuté et échangé sur les objectifs, les orientations, la structuration, le fonctionnement et les outils de l’Ongf. Thierno Cissé, représentant le Cncr, a rappelé que depuis plusieurs années, la question foncière occupe une place importante au Sénégal dans les débats sur les politiques publiques, tant en zone urbaine que rurale. Pour faire face aux défis de la dégradation et de la raréfaction des ressources, à un accès équitable à la terre pour tous, aux besoins croissants de l’urbanisation et de la demande alimentaire, il est nécessaire de créer les conditions d’une bonne gouvernance du foncier. Ainsi a-t-il précisé, trois piliers sont nécessaires pour améliorer la gouvernance foncière. Il s’agit de l’élaboration concertée des réglementations, de l’application effective de politiques et textes réglementaires adaptés aux enjeux fonciers et de l’amélioration des pratiques de gouvernance foncière aux différents niveaux (communes, régions, Etat).

102 animateurs fonciers sur le terrain
De l’avis de Thierno Cissé, pour améliorer ces pratiques, il ne suffit pas seulement de mettre en place des institutions et instruments de régulation, même si ce sont des éléments importants, il faut surtout créer les conditions d’une participation citoyenne à la gestion et à la gouvernance foncière. Conscient de cette dimension importante, le Cncr, selon M. Cissé, a décidé depuis quelques années de travailler à la création d’un observatoire national de la gouvernance foncière (Ongf), comme instrument d’exercice de cette participation et ce contrôle citoyen. Ce travail qui a démarré en 2011 avec le soutien financier de la Fondation Rosa Luxemburg, s’appuiera sur un pool de 102 animateurs fonciers répartis sur le territoire national.
Ce dernier, a-t-il poursuivi, a pris corps avec la formation de nouveaux animateurs fonciers, mais surtout avec la création et la formation des cellules de veille au niveau des différents départements du Sénégal, grâce à un appui supplémentaire d’autres partenaires comme la Délégation de l’Union Européenne avec l’appui technique du Gret, d’Oxfam via Actionaid, du Fida via Ipar, de la Fao (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) et Rri (The rights and Resources Initiative). Ces actions sont réalisées en collaboration avec les organisation membres du Cadre de réflexion et d’action de la société civile (Crafs) qui ont développé des processus similaires dans certains départements du pays dans le but de mettre en place des mécanismes locaux de veille citoyenne et d’amélioration de la gouvernance des ressources naturelles.
A en croire Thierno Cissé, le Cncr a également accompagné des communes et leurs élus dans le processus de formulation du projet, pour une prise en compte effective de leurs préoccupations. Cet accompagnement a favorisé la mise en place par les élus locaux, d’un cadre de concertation sur la mise en œuvre du Pdidas. L’ensemble de ces dynamiques locales à différentes échelles constitue l’ossature de cet observatoire qui vise la production de connaissances et d’informations susceptibles d’alimenter les réflexions et les débats sur la gouvernance des régimes fonciers et la formulation de politiques foncières adaptées aux contextes de notre pays.

Mbagnick Kharachi DIAGNE
Source : http://www.lesoleil.sn/index.php?option=com_content&view=article&id=43973:observatoire-national-de-la-gouvernance-fonciere--la-phase-test-lancee-a-saint-louis&catid=241:regions  ;