Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Nouvelles de l’Ipar / Panel d’experts à l’occasion de la restitution de l’étude sur « Analyse de la (...)

Panel d’experts à l’occasion de la restitution de l’étude sur « Analyse de la gouvernance forestière au Sénégal »,

21 août 2014

L’IPAR a organisé le 12 Août 2014 un panel d’expert pour la restitution de l’étude « Analyse de la gouvernance forestière au Sénégal ».
Cette étude entre dans le cadre de son partenariat avec Right Ressources Initiative (RRI) en application du cadre d’amélioration de la gouvernance foncière élaboré par la Banque mondiale et dont l’IPAR avait assuré la coordination au Sénégal. Elle a pour principal objectif de compléter les modules du Cadre d’Analyse de la Gouvernance Foncière (CAGF/LGAF), à savoir : (i) la reconnaissance de la tenure foncière ou le cadre juridique et institutionnel ; (ii) la planification de l’utilisation du sol, la gestion des terres et la fiscalité foncière ; (iii) la gestion des terres publiques ; (iv) l’accès public aux informations foncières ; et (v) les acquisitions de terre à grande échelle. Ce qui permet de donner au CAGF, une vision synoptique de la gouvernance foncière au Sénégal.

Ainsi ce panel d’experts (voir trombinoscope) a été l’occasion d’une part de partager les enjeux, défis, limites et les jeux d’acteurs dans la gouvernance forestière au Sénégal, d’autre part de recueillir les remarques et suggestions pour valider cet outil.
Les indicateurs retenus sont au nombre de deux et comportent quatorze dimensions qui ont été soumis à évaluation au panel d’experts, avant de faire l’objet d’une restitution plus élargie.
Pour chacune des dimensions, l’évaluation a consisté à sélectionner une réponse appropriée dans une liste d’options préalablement codifiées de A à D soit quatre niveaux d’options.

  • Les présentations des auteurs ont permis aux panélistes de se prononcer sur certains aspects de formes mais également de fond à savoir :
  • La gestion forestière à l’heure de la marchandisation des ressources forestières ;
  • La déformation forestière ;
  • L’information environnementale ;
  • Les directives en gestion forestières au niveau régional ;
  • La décentralisation et gestion administrative des forêts ;
  • La gestion des domaines protégés dans les collectivités locales ;
  • Etc.

Au terme des échanges, les participants ont formulés des recommandations allant dans le sens de l’amélioration du document. Ces dernières tournent autour de :

  • La nécessité de se référer aux orientations du ministère de l’énergie et les directives au niveau régional pour renforcer la cadre politique ;
  • Renforcer l’analyse sur le code forestier de 1997 en faisant ressortir ses limites ;
  • Réfléchir sur l’éco citoyen et les plans d’aménagement ;
  • Contribuer à faire prendre en charge dans le cadre du processus de réforme foncière, les aspects relatifs à la foresterie.