Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Revue de presse / Pape Abdoulaye SECK, ministre de l’agriculture et de l’équipement rural : « (...)

Pape Abdoulaye SECK, ministre de l’agriculture et de l’équipement rural : « Nous avons l’obligation de construire une agriculture prospère et durable »

1er juin 2014

Lors de la passation de service avec son prédécesseur, Abdoulaye Baldé, le nouveau ministre, Pape Abdoulaye Seck, a donné son idée sur l’agriculture sénégalaise. Le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural veut aller droit au but.

« Mon pays, je l’aime d’un amour qui arrache les larmes ». C’est avec cette phrase prononcée par le président Lamine Guèye que le tout nouveau ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, le docteur Pape Abdoulaye Seck, a conclu son intervention, hier, lors de la cérémonie de passation de service avec son prédécesseur, Abdoulaye Baldé. Conscient du fait qu’on a au Sénégal une agriculture complexe, M. Seck estime que « nous devons aller droit au but ». « Nous avons l’obligation de construire une agriculture prospère et durable en misant sur les Sénégalais », a-t-il déclaré. Pour ce faire, il estime qu’il faut créer un actionnariat rural à la place du partenariat. Dans son entendement, les questions alimentaires sont devenues des questions nationales. Le développement rural préconisé par le président de la République doit être harmonieux et harmonisé et être l’affaire de tous, ouvert à tous. Il est pour une approche interactive et itérative afin d’accélérer la cadence et garantir l’efficience, l’efficacité et la durabilité des investissements. Pour lui, on doit transformer l’agriculture afin que notre pays soit exportateur de produits.

Pour sa part, le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural sortant, Abdoulaye Baldé, a fait le bilan des dix mois qu’il a passés à la tête du département. Ainsi, il est revenu sur la mise en place de l’opération « Tek Tégui » qui a permis de faire oublier les bons impayés et d’avoir un prix du kilogramme d’arachide « jamais égalé ». Concernant le renouvellement du matériel agricole, il a rappelé la réception récente de 16 800 unités de la Sismar, la signature avec le Brésil d’un mémorandum pour la fourniture de 1 000 tracteurs. Il a aussi rappelé le plan quinquennal 2013-2017 relatif aux terres salées, le démarrage du Fonds national pour le développement agro-sylvo-pastoral, etc.

Il a aussi attiré l’attention de son successeur sur la nécessité d’accorder une attention particulière à des chantiers comme la loi 99-909 portant création du ministère, afin d’y intégrer l’Equipement rural, la situation des agents de la Direction de protection des végétaux (Dpv), les fermes agricoles, le barrage d’Affiniam, l’homologation des pesticides et la situation du personnel dont la moitié doit aller à la retraite en 2015. Le secrétaire général du ministère, M. Diène, a salué la volonté du ministre sortant qui a parachevé la cellule de planification du ministère et qui est maintenant propulsé au ministère du Plan. A propos du ministre entrant, il a exprimé toute la confiance placé en ce désormais ex directeur d’Africarice, un homme du sérail.
source : http://www.lesoleil.sn/index.php?option=com_content&view=article&id=32311:pape-abdoulaye-seck-ministre-de-lagriculture-et-de-lequipement-rural--l-nous-avons-lobligation-de-construire-une-agriculture-prospere-et-durable-r&catid=51:economy&Itemid=63