Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / L’IPAR dans la presse / Politique rizicole en Afrique de l’Ouest : Les défis de la région (...)

Politique rizicole en Afrique de l’Ouest : Les défis de la région déclinés

« Améliorer les politiques d’autosuffisance en riz en Afrique de l’Ouest : défis et opportunités » : c’est le thème de la rencontre de trois jours qu’organise depuis hier l’Initiative prospective agricole et rurale (Ipar) et ses partenaires à Dakar. Présidant la cérémonie d’ouverture, le ministre du Commerce, Alioune Sarr, est largement revenu sur les défis de la filière. Il renseigne : « L’Afrique est sans conteste le continent qui a le plus souffert des tensions notées au niveau international depuis 2008 sur les prix des produits alimentaires, notamment agricoles. Les graves déséquilibres fondamentaux des marchés des produits vivriers n’ont pas favorisé la production régionale.

15 janvier 2016

Et la forte dépendance aux importations a été moins soutenable que le revenu des populations qui est très faible. » Hormis ces « obstacles », le ministre a également fait état de la consommation de riz qui, d’après lui, a fortement augmenté ces dernières années. Aux yeux de Alioune Sarr, l’agriculture représente sur le plan économique environ 35% du Produit intérieur brut (Pib) régional après les services qui, dit-il, font 37%. Fort de ce constat, M. Sarr a signalé que ledit secteur demeure le premier fournisseur de mains-d’œuvre dont plus de 60% de la population active de la région Cedeao y travaillent, malgré la faible rémunération de son effort par rapport aux autres secteurs de l’économie. « Le riz est devenu une denrée régionale stratégique et primordiale pour la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest, de même que la réduction de la dépendance vis-à-vis des importations de riz. Et il est établi que près de 80% des besoins alimentaires des populations de la région sont satisfaits par les productions régionales », soutient Alioune Sarr.
Aminata Niane Badiane, présidente du Conseil d’administration de l’Ipar, a quant à elle insisté sur les objectifs de cette rencontre qui, explique-t-elle, vise à rassembler les décideurs politiques, le secteur privé, la société civile, la Cedeao, les partenaires techniques etc., pour un partage de vues en autosuffisance en riz en Afrique de l’Ouest, d’approfondir leurs compréhensions des défis et des opportunités. « C’est donc une manière de jeter les bases d’une réflexion collective sur les moyens d’améliorer la mise en œuvre de cette politique. Et l’Ipar ne ménagera aucun effort pour contribuer à la mise en œuvre de l’agenda de recherche qui sera issu de ces travaux de trois jours », détaille-t-elle.
pnsouane@lequotidien.sn