Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Ressources utiles / Politique générale / Programme d’ajustement sectoriel agricole

Programme d’ajustement sectoriel agricole

Lettre de politique de développement agricole (LPDA), Avril 1995

Le Gouvernement du Sénégal, par la présente Lettre de Politique de Développement Agricole (L.P.D.A.) définit ses grandes orientations de politique de Développement Agricole, pour le moyen et long termes en cohérence avec la stratégie de développement macro-économique mise en oeuvre dans le nouveau contexte de modification de la parité du franc CFA en Janvier 1994 Pour ce faire, il requiert le soutien de la Banque Mondiale

Les objectifs macro-économiques retenus dans le document-cadre de politique économique et financière à moyen terme (1994-1997) portent notamment sur :

  • La réalisation d’un taux de croissance positif dès 1994 et d’un taux annuel d’environ 4,5 % à 5 % à partir de 1995 permettant une augmentation de 2 % l’an du revenu par tête qui se traduira en particulier par une amélioration des conditions de vie des couches sociales les plus défavorisées ;
  • Le retour dès 1996 du taux d’inflation défini en termes de déflateur du PIB, à son faible niveau de 2-3 % des années précédentes après une ugmentation inévitable liée à la dévaluation estimée à 35 % en 1994 et projetée à 8 % en 1995 ;
  • La limitation du déficit du compte courant extérieur (hors dons) à 9,8 % du PIB en 1994 suivie d’une réduction progressive à 6,8 % en 1997 ;
  • La réduction du déficit budgétaire global, qui devrait être ramené de l’équivalent de 3.9 % du PIB en 1993 à 1,7 % du PIB en 1996 pour atteindre une situation d’équilibre en 1997 et des excédents par la suite ;
  • Le développement des ressources humaines et l’adoption de mesures en faveur des groupes sociaux les plus démunis.

La réalisation de ces grands objectifs repose sur l’approfondissement de la libéralisation de l’économie dans tous lès-secteurs, la poursuite du désengagement de l’Etat, la rationalisation des dépenses publiques, la mise en oeuvre d’une politique d’investissements conforme aux orientations définies ci-dessus.