Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Revue de presse / Programme national de développement rural Macky lance le PSE (...)

Programme national de développement rural Macky lance le PSE agricole

20 avril 2015

Quelques heures après la traditionnelle réunion du conseil des ministres, tenue cette fois à Kaffrine, le président de la République a procédé au lancement du nouveau plan Sénégal Emergent (Pse) agricole. Pour ce besoin et la volonté de l’Etat de faire de nos paysans de véritables entrepreneurs agricoles, Macky Sall a mis à la disposition de la région de Kaffrine un important lot de matériel agricole motorisé et non motorisé.

Composé essentiellement de semoirs (2300 unités), de houes Sine (300 unités), tracteurs (36 unités) et motoculteurs (30 unités), ce matériel est surtout destiné à renforcer et accroître le niveau de production dans les exploitations familiales. Sans doute, ce matériel sera subventionné par l’Etat à hauteur de 70 % pour le matériel attelé et 60 % pour les tracteurs.

Selon le ministre de l’Agriculture Pape Abdoulaye Seck, cet exercice entre dans le cadre d’un large programme de lutte contre la vétusté du matériel agricole, et la vulgarisation sur le plan national d’un matériel agricole performant, capable de booster le secteur de l’agriculture et accroître les revenus au sein des familles rurales. Ce programme consiste cependant à distribuer un nombre global de 1400 tracteurs pour une valeur d’investissement de 67, 5 Milliards de Frs répartie comme suit : 35 Milliards de Frs de contribution du ministère de l’Agriculture et 7,5 Milliards de Frs pour le ministère de l’Elevage. Présentement, signale le département ministériel en charge de cette mission, 1000 nouveaux tracteurs sont déjà arrivés au Sénégal. Les 400 autres unités restant sont attendus d’un temps à l’autre, mais avant le début de l’hivernage. En espèce, ce millier d’engins a coûté à notre pays un montant de 42, 5 Milliards de Frs.

A Kaffrine, région qui couvre aujourd’hui 70 % d’agriculteurs et de pasteurs, ce matériel a été accueilli en grande pompes par les populations et a fait renaître tous les espoirs. Les populations qui peinaient à disposer d’une production en quantité, compte tenu de la pauvreté du Sol, du manque d’eau dans certaines zones, et surtout d’un matériel adéquat pour exploiter les grandes surfaces, pensent en effet que si l’eau suit, leur région pourrait alors retrouver sa vocation de grenier du bassin arachidier.

Source : http://goo.gl/Nz38EK