Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / L’IPAR dans la presse / Protocole d’accord ministère de la jeunesse-IPAR : Une expertise au profit de (...)

Protocole d’accord ministère de la jeunesse-IPAR : Une expertise au profit de la création d’emplois dans le secteur agricole

4 juin 2014

Un protocole d’accord a été signé hier entre le ministère de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Promotion des valeurs civiques et l’Initiative prospective agricole et rurale (Ipar). Cette entente a pour objectif de participer à la création d’emplois dans le secteur agricole, notamment à travers la matérialisation des volets de recherche, de formation et de labellisation des produits.

Par ce présent protocole d’accord, le ministère de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Promotion des valeurs civiques et l’Initiative prospective agricole et rurale (Ipar) s’engagent à mettre en pratique un partenariat qui comprend un important volet de recherche, mais aussi de formation et de labellisation des produits du cru, a indiqué Ahmed Bachir Diop, président de l’Ipar. Cette structure est un espace de réflexion, de dialogue, de proposition pour des politiques agricoles et rurales concertées au Sénégal et dans la région ouest-africaine, a informé M. Diop. Selon lui, un tel partenariat puise sa pertinence dans le fait que « l’agriculture est au cœur des mécanismes qui créent les conditions d’un développement ».
L’initiative de l’Ipar émane de spécialistes de l’agriculture et du monde rural qui étaient animés par la création d’espaces permanents de réflexion prospective et stratégique. Le Sénégal est composé d’une population de 65% de jeunes âgés de moins de 25 ans. Ces jeunes doivent être sensibilisés et orientés vers l’agriculture, a encore dit M. Diop.
Le ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Promotion des valeurs civiques, Benoît Sambou, a attiré l’attention sur la nécessité « d’instaurer une démarche globale qui intègre la collaboration et l’implication de tous, en vue de procéder à la création d’emplois ». Dans cette perspective, le ministre relève qu’un secteur tel que l’agriculture constitue un double avantage du fait « que c’est un domaine de croissance, mais également créateur et porteur d’emplois ». Benoît Sambou qui dit ne pas douter de l’expertise des techniciens de l’Ipar en appelle toutefois au respect des termes du protocole et à la concrétisation des attentes.
Afin de permettre aux parties de jouer pleinement leur rôle, le ministère et l’Ipar désignent chacun deux plénipotentiaires chargés de participer aux missions conjointes de suivi technique et organisationnel de ce partenariat. Le présent protocole d’accord définit un cadre et les modalités d’une collaboration pour la mise en œuvre des projets Papejf et Prodac et tout autre projet du ministère pour lequel l’expertise de l’Ipar est requise. Les missions de l’Ipar s’articulent dès lors autour de trois axes majeurs : la recherche, le renforcement des capacités et l’animation d’espaces d’échanges et de débats.

 

Source : le soleil

Oumar BA