Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Nouvelles de l’Ipar / « Quelle gouvernance foncière pour freiner les transferts massifs de droits (...)

« Quelle gouvernance foncière pour freiner les transferts massifs de droits fonciers à grande échelle en Afrique ? ».

7 novembre 2014

L’Institut Africain des Nations Unies pour le développement économique et la planification (IDEP), en collaboration avec l’Initiative Prospective Agricole et Rurale (IPAR), a le plaisir de vous convier à la prochaine session des Séminaires mensuels sur le développement de l’IDEP, qui sera organisée le mercredi 12 novembre de 14h30 à 17h00, au siège de l’IDEP (situé derrière l’Assemblée Nationale). Ce séminaire, qui sera présidé par le Directeur de l’IDEP, portera sur le thème « Quelle gouvernance foncière pour freiner les transferts massifs de droits fonciers à grande échelle en Afrique ? ».

Il débutera par deux communications qui seront effectuées par Dr. Cheikh Oumar BA, Directeur exécutif de l’IPAR, et Dr. Patience Mutopo, professeur à l’Université de Chinhoyi, au Zimbabwe. Ces présentations offriront notamment une lecture croisée des expériences engagées dans différentes régions africaines dans les domaines de la gouvernance foncière et des acquisitions de terres à grande échelle. Le débat permettra ensuite d’approfondir la réflexion sur ces expériences et d’autres sur le continent, d’en tirer des enseignements, et d’identifier quelques pistes de solutions à explorer pour améliorer la gouvernance foncière en Afrique.

Organisée depuis 1995, la Série des séminaires mensuels sur le développement (SMD) de l’IDEP a pour objectif de servir de forum au sein duquel les décideurs politiques, les chercheurs et les praticiens du développement s’engagent dans un apprentissage mutuel sur un thème majeur et un échange de connaissances et d’expériences pour l’amélioration du continent africain. Grâce à ces séminaires, l’Institut contribue aussi à la réduction de la fracture existant entre la recherche et l’action politique africaines.