Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Revue de presse / Salon International du machinisme agricole : La délégation sénégalaise (...)

Salon International du machinisme agricole : La délégation sénégalaise impressionnée par les innovations technologiques

2 mars 2015

Véritable rendez-vous des innovations technologiques en équipements agricoles, le Salon international du machinisme agricole (Sima) a vu, cette année, la participation de 145 pays venant du monde entier et 1740 exposants. Des chiffres et du matériel qui ont impressionné la délégation sénégalaise participant au Salon international de l’agriculture de Paris. 
Organisé tous les deux ans à Villepinte, dans le Nord Paris, le Salon international du machinisme agricole (Sima) de cette année a coïncidé avec le Salon international de l’agriculture (Sia) de Versailles. En dépit de ce chevauchement dans l’agenda français du monde agricole, le Sima de cette année a fait l’objet d’une attraction particulière. A l’image du Sia, ce salon a accueilli aussi de nombreux visiteurs venus constater de visu les dernières innovations technologiques dans le monde. Le Sima a enregistré, cette année, la participation de 1.740 exposants venant de 40 pays. Ils sont en majorité du continent européen, de l’Amérique et de l’Asie, a indiqué Martine Degremont, directrice du Sima. Le salon a accueilli aussi 250.000 agriculteurs provenant de 145 pays à travers le monde, ajoute-t-elle. Cette foire du machinisme a été aussi une occasion, pour les organisateurs, de présenter aux visiteurs 600 nouveaux produits destinés à la production, à la transformation et au stockage. Suffisant pour impressionner certains membres de la délégation sénégalaise, comme Modou Lô, producteur venu de son Ross-Béthio natal. M. Lô a été séduit par la rapidité avec laquelle les inventeurs du monde sont en train d’adapter les nouvelles technologies dans le machinisme agricole.
« Il serait bon que les producteurs sénégalais disposent de ces nouvelles technologies dans leurs aménagements », a souligné M. Lô. Il partage aussi ce sentiment avec le président du Cadre national de concertation des ruraux (Cncr) du Sénégal, Samba Guèye qui estime que l’Etat doit encore soutenir le monde rural à disposer d’engins plus performants dans les périmètres agricoles. « Cela nécessite plus de moyens et de mesures d’accompagnement », selon le président du Cncr. Même son de cloche chez Ibrahima Lô, de l’Union nationale des commerçants et industriels du Sénégal (Unacois).
A son avis, la réussite du volet agricole du Plan Sénégal émergent porté par le Programme de relance et d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise (Pracas), passera nécessairement par l’utilisation d’un matériel agricole moderne. Il plaide pour le renforcement du crédit agricole pour l’acquisition de matériel agricole adapté aux besoins des producteurs.
Le Sima, c’est surtout une foire de véhicules intégralement pensés, dessinés et conçus pour les professionnels du secteur agricole. Pourvu que les producteurs sénégalais disposent de moyens pour les acquérir. Selon la directrice du salon, on trouve toutes les gammes d’engins adaptés à tous les types d’agriculture.

A 48 h de la fermeture du SIA : Le Sénégal tire déjà un bilan satisfaisant de sa participation
A quelques heures de la fermeture du Salon international de l’agriculture, la délégation sénégalaise fait déjà un bilan satisfaisant de sa présence au parc d’expositions de Versailles. Selon Moustapha Kâ, un des responsables du Comité d’organisation, le Sénégal a réussi à mettre en œuvre l’agenda établi pour cette édition et à offrir un meilleur cadre à ses exposants.
Le bilan global de la présence du Sénégal à la 52ème édition du Salon international de l’agriculture (Sia) de Paris ne sera effectué qu’au terme de cet événement. Mais, déjà à 48 heures de la fermeture de ce rendez-vous du monde agricole, c’est déjà l’épilogue dans le camp sénégalais. En termes d’ébauche de bilan à mi-parcours, comme l’a indiqué Moustapha Kâ, le Sénégal est en passe d’atteindre tous les objectifs qu’il s’est fixé pour cette 52ème édition du Sia. « Dans le format de participation, on devait avoir une exposition permanente tous les jours et cela a été le cas. En effet, plus d’une trentaine d’exposants dont une dizaine d’institutions et des entreprises de types micro ont assuré cela dans un pavillon qui fait, cette année, 300 m2 », s’est réjoui M. Kâ. « Depuis que le Sénégal participe au Sia, nous n’avons jamais eu une telle participation », ajoute-t-il. « Nous somme satisfaits de notre présence au Sia 2015 », a dit le conseiller spécial du président de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar. Il évoque aussi, avec satisfaction, la visite que la délégation sénégalaise à effectuée au Salon international du machinisme agricole (Sima) à Villepinte. « Cela a permis aux membres de la délégation de découvrir du matériel qui peut être adapté à notre agriculture », a dit M. Kâ. Notre pays a pu profiter du Sia pour échanger avec certains pays de la Cedeao comme le Mali et la Côte d’Ivoire sur des questions liées aux échanges et au développement rural ainsi que les membres de l’Assemblée permanente des Chambres d’agriculture de France. La journée du Sénégal, prévue aujourd’hui, à la salle 733 du parc d’exposition de Versailles, sera le clou de la participation sénégalaise à cette 52ème édition du Sia. Elle aura comme thème : « Stratégie de mise en œuvre du volet agricole du Plan Sénégal émergent (Pse) ». Une thématique qui sera introduite par le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, arrivé au Sia, hier, Papa Abdoulaye Seck. A son avis, ce sera une occasion, pour le ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural, d’évoquer, avec la diaspora sénégalaise, des questions relatives au développement de l’agriculture au Sénégal et les opportunités d’investissements dans ce secteur. Des experts s’attèleront aussi à expliquer à la diaspora les conditions d’accès au financement et le dispositif de financement que le Sénégal a initié, aujourd’hui, pour attirer davantage les investissements dans l’agriculture.

L’Apix expose les atouts du Sénégal dans l’agrobusiness
Habitué du Salon international de l’agriculture, l’Agence sénégalaise de promotion des investissements et des grands travaux (Apix) est en train de jouer sa partition pour vulgariser davantage le nouveau Projet de développement inclusif et durable de l’agrobusiness au Sénégal (Pdidas) à ce rendez-vous du monde agricole. L’Agence a dépêché, pour la circonstance, son chef du département marketing, Moustapha Diop, et la responsable chargée de l’agriculture et de l’agrobusiness, Soda Diop Bâ, par ailleurs point focal du projet Pdidas à l’Apix.
« Il s’agit, à travers leur présence, de dévoiler, auprès des visiteurs et des investisseurs en particulier, ce que le Pdidas va faire en développement de l’agriculture au Sénégal, dans la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent », a déclaré Moustapha Diop, à notre passage au stand réservé au Pdidas. A travers sa présence au salon, l’Apix, en tant qu’agence d’exécution du Pdidas, compte accompagner ce projet dans la recherche de partenaires afin de faciliter sa mise en œuvre dans les zones cibles retenues. Il s’agit des zones du lac de Guer et du Ngalam, au Nord du Sénégal.
Selon Moustapha Diop, en tant que catalyseur des investissements au Sénégal, l’Apix jouera un grand rôle dans la mise en œuvre du Pdidas. Ce projet, comme l’a indiqué Soda Diop Bâ, est porté par l’Etat du Sénégal et la Banque mondiale dans un partenariat afin de promouvoir une agriculture inclusive et un système de gestion durable des terres dans la zone Nord. Il s’agit principalement de l’horticulture d’exportation, à indiqué Mme Bâ.

De notre envoyé spécial à Paris, Seydou Prosper SADIO
Source : http://www.lesoleil.sn/index.php?option=com_content&view=article&id=44993:salon-international-du-machinisme-agricole-la-delegation-senegalaise-impressionnee-par-les-innovations-technologiques&catid=51:economy&Itemid=63