Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Revue de presse / Vincent Martin, représentant de la Fao : « Le Sénégal est frappé par (...)

Vincent Martin, représentant de la Fao : « Le Sénégal est frappé par l’insécurité alimentaire »

10 avril 2015

Le représentant de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) au Sénégal, Vincent Martin, affirme qu’il y a “des problèmes d’insécurité alimentaire chroniques” au Sénégal. “Chaque année, nous faisons des bilans, des synthèses avec d’autres partenaires et tout cela est porté au gouvernement pour comprendre quelles sont les personnes en insécurité alimentaire et où est-ce qu’elles se trouvent. Malheureusement, cette année est une année où il y a eu un déficit pluviométrique relativement important dans certaines zones du Sénégal. L’année dernière aussi n’avait pas été une très bonne année. Ce qui fait que c’est une situation qui perdure et demande toute notre attention”, dit-il dans un entretien avec “La Tribune”.
Pour venir à bout de cela, il propose “une agriculture à plusieurs vitesses, une agriculture qui répond à la fois à un souci de développement économique durable, qui répond à la problématique de l’emploi des jeunes et qui répond aussi à la question de la sécurité alimentaire”. “Or, ce n’est pas forcément en produisant plus et en grande quantité que les plus vulnérables auront accès à cette nourriture”. La sécurité alimentaire, dit-il, a plusieurs dimensions. “L’une d’entre elles est la disponibilité, c’est-à-dire est-ce qu’il y a suffisamment de nourriture produite ? L’agriculture répond en partie à cette dimension : produire plus pour que les quantités soient disponibles, mais on peut être en insécurité alimentaire dans un pays qui produit suffisamment”, analyse-t-il. La raison est que “si je suis dans une zone enclavée, où il n’y a pas de routes, où il n’y a pas de transport, la distribution est compliquée et donc je n’ai pas forcément accès à une nourriture, soit parce qu’elle est trop chère, soit parce qu’elle est inaccessible physiquement du fait de ma localisation géographique”.
La dernière dimension de l’insécurité alimentaire porte, soutient-il, sur l’utilisation qui est faite de cette nourriture. “Si on se nourrit d’un seul aliment, on va avoir des carences nutritionnelles. Donc, il faut aussi avoir une alimentation diversifiée. On ne peut pas seulement manger du riz”, fait-il savoir.

source : Seneweb

10 avril, 2015