Think tank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Que faisons-nous ? / Recherche / Objectifs de développement durable (ODD) / 21e Congrès de l’Association Africaine de l’Eau

21e Congrès de l’Association Africaine de l’Eau

Publié le 8 février 2023

Le 21e Congrès international de l’Association Africaine de l’Eau (AAE) se tiendra à Abidjan du 19 au 23 février 2023 sous le thème : « Agir pour la gestion durable des ressources et l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement en Afrique ».
Cet événement sera couplé à la 7e conférence internationale sur la gestion des boues de vidange et sera une nouvelle occasion de réunir les experts, ingénieurs, techniciens, chercheurs et acteurs du monde entier, pour apporter des solutions aux préoccupations des communautés, dans un monde où les défis de l’eau et de l’assainissement sont multiples.

Pour la première fois, l’Alliance pour la gestion des boues de vidanges (FSMA) s’associera à l’AAE pour co-organiser le 21e Congrès et Exposition de l’AAE et la 7e Conférence internationale sur la gestion des boues de vidange à Abidjan, en Côte d’Ivoire, afin de réunir dans cet événement commun l’eau et l’assainissement, y compris la gestion des boues de vidange.

IPAR au rendez-vous africain pour l’eau et l’assainissement.

La crise de l’accès universel aux services d’eau et d’assainissement adéquats dans le monde, notamment en Afrique, nous interpelle et appel à l’implication de tous et de toutes pour changer le cours de l’histoire et garantir le droit humain fondamental d’accès à ces services à toutes les communautés. La tâche ne sera pas simple, si l’on sait qu’en 2020 plus de 200 millions d’africain pratiquaient encore la défécation en plein air et que 3 personnes sur 5 manquaient de services de base d’hygiène .
Conscient de ces défis énormes à relever, de la place centrale de l’assainissement dans les processus de développement socioéconomique et considérant les liens étroits entre ses domaines d’intervention et ce sous-secteur, depuis 2018, IPAR a intégré le secteur WASH dans ces thématiques d’intervention avec la vision suivante :« Eclairer les politiques et les pratiques qui soutiennent l’accès universel à des services Wash sûr au profit de la société et de l’environnement, notamment la gestion des ressources naturelles, la sécurité alimentaire, la nutrition, l’emploi des jeunes, les changements climatiques et les ODD ».

Dans le cadre de la mise en œuvre de cette vision, IPAR a réalisé plusieurs études. Les dernières en date sont celles réalisées dans la phase II du projet West African Sanitation Policy & Activators (WASPA). L’objectif de ce projet est de construire et maintenir un leadership politique pour une gestion sûre de l’assainissement basée sur les Directives Africaines sur les Politiques d’Assainissement (ASPG). Il est financé par la Fondation Bill et Melinda Gates, et mise en œuvre en partenariat avec Speak Up Africa (SUA) et Niyel dans cinq (5) pays francophones d’Afrique (Bénin, Burkina Faso, Mali, Niger et Sénégal).

En répondant, à l’appel des organisateurs du 21e Congrès et Exposition de l’AAE et de la 7e Conférence internationale sur la gestion des boues de vidange, IPAR compte partagé les résultats de ce projet à travers notamment une communication orale et la diffusion de la newsletter du projet WASPA.

La communication intitulé « Impact des facteurs socio-économiques des ménages sur l’accès à des services d’assainissement sécurisés : cas de 7 communes de Dakar, Sénégal » sera présenté le 22 Février 2022 dans la session 3 relatives aux approches adaptées sous l’Assainissement Inclusif à l’Echelle de la Ville (CWIS). La diffusion de la newsletter se fera à cette occasion.

Cette étude a été réalisée par IPAR en 2020, et s’est appuyé sur une enquête menée auprès de 2 269 ménages répartis entre Dakar et sa banlieue. Ce travail avait pour objectif, entre autres, de comprendre la relation entre le statut socioéconomique et l’accès à des services d’assainissement sécurisés. Ainsi, les résultats obtenus ont permis de montrer que ces facteurs impactent la gestion sécurisée des eaux usées et des excréta. Par ailleurs, ils renforcent aussi l’idée selon laquelle que la pauvreté est un véritable fléau qui entrave l’accès universel à l’assainissement adéquat. En effet, plus le niveau de vie du ménage s’améliore, plus il est incité à investir davantage dans la qualité de son cadre de vie. C’est pourquoi, il est important de renforcer les stratégies visant à améliorer les conditions socioéconomiques des ménages afin d’accélérer l’accès universel aux services d’assainissement adéquats notamment pour les communautés les plus vulnérables.