Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Revue de Presse / APPUI A LA RÉSILIENCE DES MENAGES FACE AUX CONSEQUENCES SOCIO-ECONOMIQUES DU (...)

APPUI A LA RÉSILIENCE DES MENAGES FACE AUX CONSEQUENCES SOCIO-ECONOMIQUES DU COVID-19

Processus de sélection et de distribution des appuis alimentaires aux populations impactées

A l’instar de la communauté internationale, le Sénégal fait face à la pandémie du COVID-19 qui impacte négativement sur la situation socio-économique des ménages. Face à l’urgence sanitaire, sociale et économique, le Gouvernement du Sénégal met à profit le RNU, qui est une base de données dynamique obtenue suivant un processus d’identification et de sélection de ménages en situation de pauvreté. Il est fait sur la base d’un questionnaire unifié qui intègre les dimensions de pauvreté, de vulnérabilité, d’économie, d’alimentation et de la composition des ménages.

6 avril 2020

La Base de données du RNU, contient à ce jour 588.045 ménages, soit plus de 30% des ménages du Sénégal, répartis sur l’ensemble du pays : dans les 14 régions, les 45 départements, les 553 communes et dans tous les quartiers et villages. Le RNU constitue le socle pour les programmes d’intervention, car permettant un ajustement des cibles en fonction du contexte spécifique de l’intervention comme cela a été fait en 2018, 2019 et 2020 dans le cadre du Plan de National de Riposte (PNR) afin de faire face à l’insécurité alimentaire des ménages pauvres. Par conséquent, le RNU permet de réaliser le ciblage des populations en situation de vulnérabilité suite au ralentissement économique et aux effets sociaux du fait des stratégies déployées dans la lutte contre la pandémie du COVID-19 en permettant de répertorier, de façon objective, les ménages affectés par les mesures d’endiguement de l’épidémie et leur permettre d’accéder de façon équitable et transparente aux appuis de l’État et des Partenaires techniques.

Face à la gravité de la situation, l’utilisation du RNU permet de répondre aux exigences de célérité, de précision et d’efficience, en permettant de : Sélectionner rapidement les populations bénéficiaires à partir de la base de données ; Amoindrir les coûts liés à la sélection des populations bénéficiaires ; Permettre la mise en œuvre efficace des interventions sociales.

RAPPEL DES PRINCIPES DIRECTEURS

Toutes les interventions des comités doivent se référer sur les principes directeurs inhérents à toute intervention d’assistance sociale : L’ancrage administratif : les autorités administratives doivent mettre en place des dispositions appropriées afin de permettre aux comités de ciblage et aux différents acteurs impliqués de jouer pleinement leurs rôles dans la mise en œuvre, le suivi et l’intermédiation ; La participation des acteurs : Pour assurer l’appropriation et la pérennisation des actions, les acteurs locaux doivent être considérés comme des partenaires à part entière et devront participer effectivement à toutes les étapes (planification, mise en œuvre, suivi, évaluation et capitalisation) ; La prise en compte des dynamiques et connaissances endogènes : Les populations locales sont détentrices de capital de connaissances qu’il faut valoriser dans toutes les interventions ; La subsidiarité et l’imputabilité : elles permettent de responsabiliser les acteurs intervenant à différents niveaux (local, national), de valoriser les avantages comparatifs des acteurs et d’instituer la redevabilité de chacun en fonction de ses responsabilités ; La synergie et la complémentarité des actions : elles se feront à travers un partenariat construit entre les différents intervenants pour assurer une efficacité des actions et une efficience dans l’usage des ressources disponibles.

PROCESSUS DE CIBLAGE DES MENAGES A PARTIR DU RNU

La base de données du RNU qui concentre les ménages pauvres et vulnérables répartis jusqu’au niveau village et quartier constitue le point de départ du ciblage. Un tableau synthétique sera produit afin de définir le nombre de ménages pour l’extension afin d’atteindre la cible définie par le Gouvernement. Ainsi, avec l’appui de l’ANSD, des projections seront faites jusqu’au niveau commune pour estimer le nombre d’individus à assister ainsi que les couts estimatifs. Il s’agit de procéder dès la réception des listes par le MDCEST, de procéder en rapport avec les autorités administratives, les services déconcentrées de l’État, les partenaires, les communautés pour procéder au ciblage dans la transparence et la célérité requise. Au niveau national, le MDCEST assure le lead et est le maître d’œuvre de la présente intervention. Au niveau régional et départemental, les autorités administratives seront mises à contribution pour piloter, coordonner et faciliter le ciblage, le suivi des activités et le suivi évaluation. Au niveau des communes, quartier et village, l’implication des communautés va renforcer la transparence et l’appropriation grâce à une implication de toutes les parties prenantes.

LE CIBLAGE DES MENAGES A PARTIR DE LA BASE DE DONNEES DU RNU

Le Ciblage géographique

Cette opération consiste en la répartition du quota global aux différentes localités d’intervention (région, département, commune et quartier/village).

Répartition du quota au niveau régional, départemental et communal

Pour rappel, le ciblage géographique appliqué au niveau du RNU s’est basé sur « la carte de la pauvreté » définissant le niveau de pauvreté des collectivités territoriales jusqu’au niveau commune. C’est ce qui fait que le nombre de ménages figurant dans le RNU pour chaque localité est corrélé à son niveau de pauvreté. Si on part du principe que le RNU dispose actuellement de 588 045 ménages, et qu’on veuille atteindre la barre des 1 000 000 de ménages, la règle de la proportionnalité devra être utilisée pour combler le gap. Ainsi, chaque commune pourra avoir un nombre de bénéficiaires supplémentaire à cibler sur les 1 000 000 prévus, proportionnellement à son niveau de pauvreté. Cette option se justifie du fait que les quotas du RNU ont été attribués sur la base de carte de pauvreté déterminés par l’ANSD et que les expériences menées dans le cadre de la protection sociale ont montré une forte corrélation entre le risque d’insécurité alimentaire et la pauvreté.

REPARTITION DU QUOTA COMMUNAL AUX QUARTIERS/VILLAGES

Avec l’utilisation de la « carte de la pauvreté » et le principe de proportionnalité dans la base du RNU, les quotas peuvent être obtenus jusqu’au niveau commune. Ce même principe est adopté pour la redistribution du quota communal jusqu’au niveau quartier/village. A la seule différence qu’au niveau quartier/village, il n’existe pas à ce jour de données statistiques objectives pouvant renseigner sur l’état de la pauvreté d’un quartier/village à un autre. A ce niveau, le RNU fait appel au Comité communal de ciblage qui, dans sa composition, regroupe des membres ayant une certaine expertise dans différents domaines pouvant aider à la répartition de ce quota. Lesquels membres se basent sur les connaissances empiriques qu’ils ont des différents quartiers/villages de la commune pour répartir le quota.

Toutefois, en plus de ces connaissances empiriques, il convient de mettre en avant un certain nombre de critères qui pourront aider à une répartition équitable. Il s’agit : de la taille de la population ; du niveau de pauvreté du quartier ou du village ; du nombre de ménages de la localité figurant dans le RNU ; de l’impact occasionné par la crise découlant de la pandémie du Covid-19 ; des conséquences que cette crise pourrait avoir sur la consommation alimentaire, les moyens d’existence et la nutrition.

LE CIBLAGE COMMUNAUTAIRE

Cette répartition du quota communal doit être sanctionnée par un PV dûment signé par le Maire et visé par l’Autorité administrative. Au niveau de chaque commune, chaque maire doit être saisi au préalable pour stabiliser les listes des villages/quartiers afin de s’assurer qu’aucun hameau ou village n’est laissé en rade. Les autorités administratives sont responsables de l’encadrement de tout le processus. Elles seront ainsi représentées à toutes les étapes du processus par des personnes de l’administration qu’elles désigneront. Les comités de sélection devront, lors de la confection des listes des ménages d’extension de la base du RNU, se référer aux critères ci-après : Les ménages ne figurant pas dans le RNU (Registre national Unique) dont la liste est remise ; Les ménages non bénéficiaires du PNBSF (Programme National de Bourses de Sécurité Familiale) ; Les ménages sans revenu salarié fixe et/ou régulier ; Les ménages dont le niveau de consommation alimentaire, les moyens d’existence et la situation nutritionnelle sont fortement affectés par les conséquences de la pandémie de Covid19.

LA DISTRIBUTION

Des kits alimentaires seront distribués à chaque bénéficiaire et constitués de : 100 kg de riz ; 10 kg de sucre ; 18 barres de savon ; 10 litres d’huile ; 10 kilos de pâtes alimentaires.

Pour la distribution, les relais communautaires seront mis à contribution pour assurer un meilleur suivi de l’opération avec décharge de fiches de distribution qui seront mises à leur disposition et les forces de défense et de sécurité en assureront la supervision.