Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Que faisons-nous ? / Recherche / Changement climatique / Information et partage sur le projet AgMIP-CLARE aux parties prenantes au (...)

Information et partage sur le projet AgMIP-CLARE aux parties prenantes au Sénégal

La nouvelle phase du projet international de recherche AgMIP dénommée AgMIP-CLARE (Agricultural Model Intercomparison and Improvement Project - Climate and Resilience) va étudier les options d’adaptation au changement climatique dans trois pays africains, le Ghana, le Zimbabwe et le Sénégal. Pour le démarrage de sa mise en œuvre au Sénégal, une session d’information et de partage avec les parties prenantes concernées par les changements climatiques, s’est tenue le lundi 09 mars 2020, à l’IPAR.

AgMIP est une collaboration internationale de chercheurs fondée en 2010 avec une unité de coordination logée à Columbia. Il vise à améliorer les modèles agricoles et mettre en œuvre une base pour évaluer les impacts du changement climatique et autres forces motrices ayant trait au changement climatique à différentes échelles. Il s’agit d’études localisées comme entrée (exemple : Nioro, Navrongo, Koutiala avec différentes équipes de recherche.

La nouvelle phase de ce projet AgMIP-CLARE met un accent sur l’adaptation et vise dans ses objectifs : (i) à accroitre les capacités des parties prenantes au niveau national (décideurs, secteur privé, société civile) pour développer des PNA capables de prendre en charge les questions d’adaptation ; (ii) informer ces projets et institutions qui prennent les décisions pour qu’ils sachent comment « investir » dans les options d’adaptation qui soient "rentables" pour la société ; (iii) et accroitre la capacité à développer des produits de communication et d’information qui puissent appuyer les parties prenantes dans la mise en œuvre. L’idée est de voir comment les options d’adaptation proposées peuvent être évaluées dans 3 pays ciblées : le Sénégal, le Ghana, le Zimbabwe.

Il est piloté au Sénégal par l’IPAR en étroite collaboration avec la Direction de l’Environnement et des Etablissements Classés (DEEC) avec l’appui technique et financier du Centre de recherches pour le développement international (https://www.idrc.ca/fr). Ces institutions ont convenu de travailler avec l’ensemble des parties prenantes concernées par les changements climatiques.
Cette première réunion visait à partager avec les parties prenantes identifiées les objectifs de cette nouvelle phase du projet, mais également de voir la contribution possible du projet dans le processus d’élaboration du Plan National d’Adaptation aux changements climatiques (PNA) du Sénégal et sa mise en œuvre.

Le processus du PNA Sénégal présenté par la Direction de l’Environnement et des Etablissement Classés (DEEC), prévoit :

  • La priorisation des mesures d’adaptations dans le court, moyen et long terme
  • La systématisation de la prise en compte de l’adaptation dans le processus de planification et de budgétisation (outils et textes juridiques) ;
  • La mobilisation du financement national (Etat, le secteur privé et les collectivités territoriales) et international ;
  • L’établissement et/ou amélioration des systèmes S&E au niveau sectoriel et national pour mobiliser et faciliter la circulation de l’information, et rendre compte des efforts en matière d’adaptation ;
  • L’appropriation du processus par les acteurs ;

Cette session d’informations a été positivement appréciée par les participants. Il ressort principalement des discussions qu’il faut aller vers une synergie entre les différentes initiatives liées aux questions d’adaptation au changement climatique. L’IPAR est également interpellé à voir, comment elle pourrait apporter son expertise sur des projets/processus en cours.

Plusieurs institutions ont pris part à cette réunion. Il s’agit notamment de :
ENDA Energie, DEEC, CESE, UCAD, COMNACC, FAO, ISRA, DIREL, DA, La BANQUE AGRICOLE, ANACIM, INP, CNAAS, etc.

Galerie photos