Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Agenda / Lacement du projet « Accélérer les impacts de la recherche climatique du GCRAI (...)

Lacement du projet « Accélérer les impacts de la recherche climatique du GCRAI pour l’Afrique (AICCRA) »

L’IPAR prendra part, comme exposant, au lancement virtuel du projet « Accélérer les impacts de la recherche climatique du GCRAI pour l’Afrique (AICCRA) » financé par la Banque Mondiale à hauteur de 60 millions de dollars pour renforcer la résilience de l’agriculture en Afrique.

Au cours de cette exposition organisée le 17 mai 2021, en virtuel, l’PAR partagera ses résultats sur l’adaptation de l’agriculture aux changements climatiques acquis dans le cadre du projet AgMIP.

Pour rappel, AgMIP est un projet de recherche pluridisciplinaire d’envergure mondiale (www.agmip.org) piloté par des chercheurs américains spécialistes du climat, de la modélisation des cultures et de la modélisation économique.

En Afrique de l’Ouest le projet établi sous le nom de CIWARA, comprend une quinzaine de chercheurs en provenance de 8 institutions de recherche, avec précisément trois zones d’étude : Koutiala au Mali, Navrongo et Tamale au Ghana et Nioro au Sénégal.
L’IPAR membre de l’équipe CIWARA, en assure le leadership du volet économique de la recherche du projet .

Avec AICCRA, la banque mondiale entend soutenir les activités de recherche et de renforcement des capacités menées par les centres du CGIAR et les organisations partenaires dans le but de renforcer l’accès à des services d’information climatique et des technologies agricoles climato-intelligentes éprouvées en Afrique grâce à un meilleur accès à des services météorologiques associés à des informations sur les mesures efficaces à adopter, les agriculteurs et les éleveurs pourront mieux anticiper les événements climatiques et prendre des dispositions préventives pour préserver leurs activités productives et éviter des pertes dramatiques.

Les interventions du projet AICCRA se concentreront sur six pays — Sénégal, Ghana, mali, Éthiopie, Kenya et Zambie — mais ses bénéfices concerneront l’ensemble de la région : « l’appui régional de l’IDA* est justifié dans la mesure où les bénéfices d’activités visant à produire des savoirs et transférer des technologies ne s’arrêtent pas aux frontières et ne peuvent de ce fait être soutenues par les seuls gouvernements », souligne Deborah wetzel, directrice de l’intégration régionale pour l’Afrique subsaharienne, le Moyen-Orient et l’Afrique du nord à la banque mondiale.

Source : https://ccafs.cgiar.org/fr/media/communique-de-presse/faire-progresser-la-recherche-sur-le-changement-climatique-la