Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Vidéothèque / Lancement du projet régional de recherche sur la migration

Lancement du projet régional de recherche sur la migration

12 février 2019

Le projet de recherche-action sur la migration dans quatre pays ouest africains, à savoir la Guinée, le Niger, le Sénégal et la Sierra-Léone, a été lancé, lundi 4 février 2019 à Dakar

L’objectif de cette recherche-action est de produire une analyse approfondie de la situation des migrants en termes de droits et de conditions réelles de transit et de vie, et contribuer à une meilleure protection sociale, juridique et institutionnelle de ces migrants y compris ceux s’activant dans l’extraction aurifère artisanale.

« A travers ce projet de recherche-action, l’IPAR et ses partenaires veulent apporter une réponse pour une meilleure prise en charge de la problématique des migrations intra-africaines en vue d’influer sur les politique des différents pays concernés, et surtout sur les questions de politiques publiques. Cette recherche action sous-régionale, financée par OSIWA sur une période de 18 mois, a pour but d’apporter une plus-value en termes d’orientation politique, d’accompagnement et d’intégration.

En effet, en Afrique de l’Ouest, les migrations font partie de l’histoire, de la culture et de la vie quotidienne. Aujourd’hui, 84% des flux migratoires s’y concentrent, ce qui contribue au renforcement de l’intégration régionale de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Cette migration sud-sud, sept fois plus importante que la migration de l’Afrique de l’Ouest vers le reste du monde, est un formidable outil de réduction de la pauvreté et de développement pour tous les États de la région.

La recherche-action se propose de combiner une analyse institutionnelle attentive aux dimensions légales et structurelles de l’accès aux soins et autres droits, et une analyse qualitative et compréhensive fondée sur l’expérience même de ces populations. Tout en se focalisant sur le respect des droits des migrants sénégalais, nigériens, guinéens et sierra léonais, cette recherche va s’intéresser aussi à la typologie des mobilités régulières ou irrégulières, temporaires ou de longue durée, saisonnières, pendulaires, etc. en fonction notamment des niveaux de qualification, des activités exercées, du sexe » etc.