Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Que faisons-nous ? / Recherche / Gouvernance des ressources naturelles et foncières / Pêcheries artisanales et droits humains au Sénégal : contribution à l’atteinte (...)

Pêcheries artisanales et droits humains au Sénégal : contribution à l’atteinte de la cible 14b des objectifs de Développement Durable (ODD)

Cette étude sur les pêcheries artisanales aborde les problèmes de droits humains (accès aux ressources, droit á la participation á la prise de décision, droit du travail, etc), de façon directe avec les pêcheurs, les femmes transformatrices, les acteurs de la société civile (pêche et droit de l’homme) et les autorités ayant en charge la gestion de pêcheries.

Initiée par ’Institut Danois pour les Droits de l’Homme (IDDH) et IPAR, avec l’appui financier de l’agence suédoise de coopération internationale de développement (Sida), elle vise par ailleurs à comprendre les raisons qui empêchent l’appropriation des ODD 14b par les communautés et les difficultés auxquelles font face les différents acteurs face á l’accès des ressources et des marchés.

Au Sénégal, depuis les indépendances, la pêche joue un rôle primordial dans la sécurité alimentaire et apporte une contribution à la croissance économique locale et au bien-être des communautés. Elle fournit approximativement 600 000 emplois ; soit environ 17% de la population active et produit 47% des protéines, ce qui correspond à une couverture d’environ 70% des besoins protéiques de la population.
En 2015 la pêche a contribué à près de 40 % de la valeur des exportations et a occupé ainsi la première place avec près de 195,6 milliards de FCFA (2 981 816,4 euros), soit 20,87 % des recettes d’exportations totales.

Cependant, le secteur de la pêche est confronté ces dernières années à de nombreuses difficultés. Il se trouve que la majeure partie des stocks sont dans une situation de pleine exploitation. Certains ont même dépassé leur niveau optimal d’exploitation (CECAF, 2018). Les écosystèmes marins dont ils dépendent sont de plus en plus dégradés du fait de la pollution, de la surpêche, des méthodes de pêche destructives, de la pêche Illicite, Non réglementée et Non déclarée (INN) et du changement climatique (Gueye, 2018). Les impacts sont ainsi très négatifs sur les stocks de poissons, la reproduction, le recrutement et la migration. Ces impacts négatifs sont ressentis de plein fouet par les populations, ajouté aux conséquences du changement climatique.

Cette situation a entraîné surtout des violations des droits humains dans les secteurs de la pêche artisanale et industrielle. Les droits d’accès aux ressources et aux marchés des communautés sont ainsi violés, avec des conséquences néfastes sur la sécurité alimentaire et les moyens d’existence. C’est dans ce contexte que l’Etat du Sénégal à l’instar de ses homologues a fait de la promotion des ODD une stratégie de gouvernance durable du secteur de la pêche.

Pour atteindre les objectifs fixés par l’agenda de 2030 pour le développement durable et améliorer l’accès aux ressources et aux marchés pour les pêcheurs artisanaux, l’État du Sénégal a initié l’aménagement des sites de débarquements et de transformation. D’autres initiatives ont été prises par le Ministère de la Pêche et de l’Économie Maritime (MPEM) avec les partenaires techniques et financiers pour avancer sur l’agenda fixé par les ODDs, il s’agit entre autres, de la conférence des Nations Unies tenue du 5 au 9 juin 2017 à New York pour aider les pays à mettre en œuvre l’objectif de développement Durable 14 ; d’un Forum politique de haut niveau tenu en Juin 2018(FPHN, 2018) ; d’une consultation régionale tenue entre le 23-25 juillet 2018 à Dakar pour l’élaboration d’un plan d’action pour la mise en œuvre des ODD, d’un rapport publié en 2019 par, Too Big To Ignore, relatant les efforts du gouvernement du Sénégal (Numéro R-03/2019) ;

Malgré ces différentes initiatives, beaucoup reste encore á faire pour que les plans d’action initiés pour la mise en place des directives volontaires pour la durabilité de la pêche artisanale et pour appuyer les pêcheurs et les transformateurs à accéder aux ressources et aux marchés (ODD14b) deviennent une réalité.

Cet article présente le rapport, la synthèse et un film-documentaire de l’étude réalisée par Dr Ibrahima Cissé avec la contribution et les conseils de Dr Abdoul Wahab Cissé.

Rapport de l’étude


***
Résumé du rapport

***
Ce film illustre et appuie l’étude sur les pêcheries artisanales