Think tank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Agenda / Sondage d’opinions auprès des acteurs du département de Podor sur la (...)

Sondage d’opinions auprès des acteurs du département de Podor sur la commercialisation des produits agricoles et agroalimentaires.

Publié le 10 juillet 2023

Sondage d’opinions auprès des acteurs du département de Podor sur la commercialisation des produits agricoles et agroalimentaires.

Réalisé par IPAR dans le cadre du « Programme d’appui à la mise en place d’un Écosystème de facilitation des investissements privés et des activités économiques » (EFI Podor), soutenu par Feed the Future Sénégal Projet d’appui aux réformes et aux Politiques agricoles (PSS), ce sondage fait état de difficultés d’accès au marché pour les producteurs et de la prédominance des circuits directs dans la commercialisation des produits agricoles et agroalimentaires. Les résultats du sondage ont été partagés lors de l’atelier d’échanges sur l’accès au marché des producteurs agricoles et agroalimentaires tenu le 6 juillet 2023 à Podor.

En effet, à Podor, la presque totalité des producteurs agricoles et agroalimentaires utilisent le circuit direct pour écouler leurs productions. Les points de commercialisation recensés sont : le bord site de production, les plateformes de commercialisation (oignon), les marchés hebdomadaires (Podor compte 19 marchés hebdomadaires), la vente à proximité, etc. Pour certains produits (tomate, gombo, etc.), il est noté la présence de bana-banas et la commercialisation hors-département (Dakar, Saint-Louis, Louga, Ourossogui, etc.).

Les avantages du circuit direct sont : le contrôle des canaux de distribution, la non soumission des producteurs aux fluctuations du marché car étant en contact direct avec les consommateurs, la minimisation des coûts (vente bord site de production), le développement de vente groupé, entre autres.

Les inconvénients du circuit direct sont : plus de travail pour le producteur (il est à la fois producteur et vendeur), faible degré de distribution (absence de la chaine logistique nécessaire), exigence d’infrastructures de stockage et de conservation, etc.
Globalement, les difficultés d’accès au marché des producteurs agricoles et agroalimentaires du département de Podor sont relatives à la qualité de la production et au problème de compétitivité, à l’absence de marketing commercial des produits, à l’éloignement des grands marchés du Sénégal (Dakar-Touba-Kaolack), du faible niveau d’organisation des acteurs, à l’absence, voire au non-respect de la régulation de marché, à l’enclavement de certains sites de production, à l’absence de Système d’Informations sur les Marchés (SIM), à la mauvaise planification de la production et, à la faible diversification des produits.

Pour améliorer l’accès au maché, il est fortement recommandé de :

  • Mettre en place des fonds de commercialisation (par les institutions financières) en plus du Fonds de commercialisation de 5 milliards de FCFA mis en place par le Gouvernement du Sénégal et logé à La Banque Agricole (LBA) ;
  • Labéliser les produits et sous-produits agricoles et agro-alimentaires made in Podor ;
  • Promouvoir la contractualisation en assurant la connexion entre les organisations de producteurs et les opérateurs de marché (OP-OM) ;
  • Repenser la planification de la production pour approvisionner les marchés en produits de façon contenue ;
  • Diversifier la production agricole et agroalimentaire, pour éviter de vendre les mêmes produits ;
  • Promouvoir la digitalisation dans la commercialisation des produits ;
  • Améliorer la chaîne logistique dans tout le processus pour faciliter la commercialisation (route, chambres froides, dispositif de transport, etc.).

Galerie photos