Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Nos Publications / Études et recherches / Etudes sur les effets de la COVID19 / la chaîne de valeur mangue face à COVID-19 au Sénégal

la chaîne de valeur mangue face à COVID-19 au Sénégal

L’étude réalisée en mai 2020 a montré que la Covid-19 a bien perturbé l’environnement dans lequel les acteurs de la mangue évoluent pour produire, vendre, transformer et consommer même s’ils ont pu développer des stratégies d’adaptation en attendant des mesures d’accompagnement plus élaborées.

Avec un apport global de près de 4 milliards de FCFA au Sénégal, en fournissant de l’emploi à près de 20 000 personnes dont près de 50% de femmes , en 2011, le secteur de la mangue a montré toute son importance dans l’économie sénégalaise même si le potentiel reste largement sous-exploité. En 2017, environ 3 600 tonnes de mangue fraîche sont transformées, soit une valeur de 250 millions de FCFA (Badji, 2018). Donc, si le secteur de la mangue bénéficie de l’accompagnement qu’il faut, il « offre des opportunités de travail et d’emplois surtout aux femmes et aux jeunes, apporte des revenus additionnels en milieu rural et au niveau des exploitations familiales et valorise le travail en milieu rural (compétences améliorées et reconnues) » (Strebelle, 2013). Compte tenu de cette contribution réelle et potentielle du secteur de la mangue à l’économie sénégalaise, il est pertinent de s’intéresser aux effets que la Covid-19 pourrait avoir sur lui.

Dans le cadre de la lutte contre la propagation de la Covid-19 au Sénégal, des mesures ont été prises par le Gouvernement. Grâce à une approche chaîne de valeur combinée à une enquête qualitative, il s’est agi d’identifier et de documenter les effets de ces mesures dans le secteur de la mangue au Sénégal, d’identifier les stratégies d’adaptation des acteurs pour faire face à la situation de crise sans nécessairement attendre l’Etat ou les partenaires techniques et financiers. En termes de finalité, il s’agit de faire des recommandations à l’endroit des décideurs pour mieux accompagner la chaîne de valeur mangue.

Ainsi, l’étude réalisée par le Dr Sidy TOUNKARA a permis de montrer que les mesures de lutte contre la Covid-19 au Sénégal ont effectivement eu des effets non négligeables dans la chaîne de valeur mangue. Ces effets ont, globalement, perturbé l’environnement dans lequel les acteurs de la mangue doivent se mouvoir pour réaliser leurs différentes activités de production, de commercialisation nationale et internationale, de transformation. Ces effets ont également d’autres aspects socio-économiques qu’il est important de prendre en compte.

Cependant, les acteurs de la mangue ont su développer des stratégies pour pouvoir fonctionner tant bien que mal et maintenir quelques activités durant la période de mise en œuvre des mesures de lutte contre la Covid-19. Ces stratégies se caractérisent par la limitation des pertes, le sauvetage d’emplois, la diversification des activités, la quête de l’information qui est essentielle dans une période de crise, la préoccupation de circonscrire les effets négatifs à la présente campagne et préserver la suivante.

A ces stratégies développées par les acteurs de la mangue, cette étude a permis d’indiquer des pistes de réflexion et d’action à l’endroit des décideurs pour non seulement prendre en charge les problèmes structurels d’avant Covid-19 mais aussi ceux dus à la Covid-19 pour mieux soutenir le secteur de la mangue au Sénégal.

En Téléchargement :

Le Rapport : La Covid-19 et la chaîne de valeur mangue au Sénégal

La synthèse du rapport


L’initiative

Sur la base de problématiques posées, l’IPAR, en tenant compte de ses missions de recherche, en particulier sur le monde agricole et rural, et de facilitation du dialogue politique entre les acteurs économiques, en particulier les acteurs agricoles, et les décideurs, en particulier les décideurs politiques, a pris l’initiative de conduire une étude sur les effets de la Covid-19 sur différentes chaînes de valeur agricoles au Sénégal. Il s’agit des céréales, des produits horticoles destinés à la consommation domestique et à l’exportation, de l’élevage et de la pêche.

En plus du fait que le monde agricole et rural soit bien avant la Covid-19 le domaine de recherche privilégié de l’IPAR, le choix de vérifier les effets de la Covid-19 sur des chaînes de valeur agricoles au Sénégal se justifie aussi par le fait que de 60 à 70% de la population active du pays pratiquent l’agriculture au sens large (Sall, 2015). De manière précise, la chaîne de valeur agricole étudiée ici est la mangue. Les autres chaînes de valeur ont fait l’objet d’études similaire que nous vous présenterons.