Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Revue de presse / 4ème trimestre 2014 : L’activité économique progresse de 4,3 %

4ème trimestre 2014 : L’activité économique progresse de 4,3 %

7 mars 2015

La fin de l’année 2014 a été surtout marquée, sur le plan économique, par une bonne tenue du secteur tertiaire (+4,9 %) et de l’administration publique (+2,6 %). Ce qui explique, selon la Direction de la prévision et des études économiques (Dpee), la hausse de l’activité économique estimée 4,3 % au quatrième trimestre.
Au quatrième trimestre de 2014, l’activité économique interne a connu une augmentation de 4,3%. Ce résultat reflète essentiellement les bonnes performances du secteur tertiaire (+4,9 %) et de l’administration publique (+2,6 %). Sur un an, un regain d’activité de 6,0 % est enregistré au quatrième trimestre de 2014, à la faveur du secteur tertiaire (+6,0 %). Quant à la croissance cumulée, elle est ressortie à 4,6 %, sur l’année. En effet, l’activité du primaire s’est repliée (-1,6 %) au quatrième trimestre 2014, en variation trimestrielle. Cette contreperformance, explique la Dpee, découle des mauvaises performances du sous-secteur de la pêche (-11,7 %) atténuées par une légère progression de l’élevage (+0,6 %). Sur une base annuelle, l’activité du secteur primaire s’est respectivement contractée de 4,8 % et 4,5 % au quatrième trimestre 2014 et en cumul sur les douze mois de l’année. A l’origine, il y a la production contrôlée de viande et les débarquements de la pêche.

1095 tonnes produites par l’aquaculture
En 2014, la production aquacole (pisciculture, ostréiculture, mytiliculture, algoculture et élevage de crocodiles) est estimée à 1095 tonnes, soit une hausse de 55,4 % par rapport à 2013. Cette situation est principalement attribuable aux bonnes performances de la pisciculture dont la production s’est établie à 761 tonnes en 2014, progressant de 53,7 % par rapport à 2013. La forte augmentation de l’activité piscicole découle des records de production enregistrés dans les bassins de rétention (+273,5 %) et les étangs (+65,8 %), du fait des progrès notés dans la formulation de l’aliment (avec de nouvelles unités de fabriques) et de la prise de conscience des producteurs du rôle de l’aquaculture dans la vie socioéconomique.
Pour ce qui est de l’activité d’élevage, elle a baissé de 4,7 % à cause des replis enregistrés dans l’abattage d’ovins (-21,9 %) et, dans une moindre mesure, de bovins (-3,0 %). Cette situation est liée à l’importance de l’abattage clandestin en 2014, comparativement à 2013 et au manque de pâturages causé par le démarrage tardif de l’hivernage. S’agissant du secteur secondaire, son activité a progressé de 0,3 %, en variation trimestrielle. Une situation qui reflète les bonnes performances des activités extractives (+29,7 %), de la production de sucre et de l’énergie (+0,4 %).
Mais ces performances sont contrebalancées par les faibles résultats notés dans l’égrenage de coton et la fabrication de textile (-59,3 %), les industries chimiques (-18,2 %), les industries métallurgiques (-24,1 %) et la construction (-2,5 %). En glissement annuel, le secteur secondaire a augmenté de 1,6 %, en liaison avec les activités extractives (+40,3 %), l’énergie (+10,6 %) et la construction (+10,3 %).

La production d’or brut en hausse de 33,1 %
Une progression du secondaire de 3,3 % est également notée sur l’année 2014 comparativement à 2013, tirée par l’énergie (+6,5%) et la construction (+11,5%). Après deux trimestres consécutifs de baisse, l’activité du sous-secteur des industries extractives a renoué avec la croissance (+29,7 %) au quatrième trimestre 2014. Cette reprise est en ligne avec la bonne orientation des productions d’or brut (+33,1 %), de phosphate de calcium (+14,9 %) et d’attapulgite (+35,4 %). Enfin, pour le secteur tertiaire, l’activité a augmenté de 4,9 % en variation trimestrielle, du fait de la bonne tenue du commerce (+4,7 %) et des services (+5,0 %).
Sur une base annuelle, le secteur tertiaire a réalisé de bonnes performances (+6,0 %) au quatrième trimestre 2014 et en cumul sur les douze mois de l’année (+4,9 %). Les ventes de carburant ont tiré l’activité commerciale au quatrième trimestre 2014 au quatrième trimestre de 2014. Sur l’année, l’évolution de l’activité du sous-secteur est principalement portée par le commerce de carburant et le commerce de véhicules. Au quatrième trimestre 2014, le sous-secteur des services a enregistré une croissance de 5,0 % en variation trimestrielle, grâce aux postes et télécommunications (+7,0 %), aux transports (+5,3 %) et aux services d’hébergement et de restauration (+26,1 %).

Abdou DIAW 07 MARCH 2015

Source : http://goo.gl/bFCzvH