Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Que faisons-nous ? / Mise en débat / CAGF/LGAF restitution au groupe des bailleurs de fonds sur la sécurité (...)

CAGF/LGAF restitution au groupe des bailleurs de fonds sur la sécurité alimentaire

Le Jeudi 23 mai 2013, l’IPAR a présenté les résultats de l’étude sur le Cadre d’Analyse de la Gouvernance Foncière au Sénégal (CAGF) au groupe des bailleurs de fonds sur le monde rural et la sécurité alimentaire. Les locaux de l’Agence Japonaise pour la Coopération Internationale (JICA), qui assure le secrétariat du groupe, a été le cadre de la restitution.

Cette rencontre s’est déroulée en présence des représentants des partenaires techniques et financiers (PAM, USAID, UE, AFD, JICA, Millennium Challenge Account MCA, etc.) des représentants du gouvernement du Sénégal (Primature, Ministères de l’agriculture, de l’environnement), des membres de la Commission Nationale de Réforme Foncière.

Les différentes présentations ont principalement porté sur la problématique du foncier, notamment sur :

  • "Modèle de sécurisation foncière développé par MCA Sénégal" présenté par Monsieur Alain Diouf, Directeur du Foncier et des réformes institutionnelles ;
  • "les différentes tentatives de réforme foncière", présenté par un représentant du ministère de l’agriculture et de l’équipement rural, également membre de la commission nationale de réforme sur le foncier ;
  • "Le Cadre d’Analyse de la Gouvernance Foncière au Sénégal (CAGF)" qui a bénéficié du soutien financier de la BM, par Cheikh Oumar BA, Directeur exécutif de l’IPAR.

Au terme des différentes présentations, les débats ont permis de souligner l’importance des outils proposés et la nécessité de les capitaliser et de les partager avec la commission nationale de réforme foncière (CNRF). Les participants ont souhaité être informés régulièrement de l’état d’avancement des travaux de la CNRF qui constitue un bon cadre de partage des résultats sur le foncier. Ils ont toutefois souligné la nécessité de renforcer les différentes catégories d’acteurs impliqués sur la question foncière.