Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes (...) / Démarrage des travaux de l’atelier sur la gouvernance foncière en (...)

Démarrage des travaux de l’atelier sur la gouvernance foncière en Mauritanie

La capitale a abrité ce mardi les travaux d’un atelier sur la gouvernance foncière en Mauritanie.
Cette rencontre est organisée par le regroupement national des associations pastorales en collaboration avec l’initiative "El Moustaqbal pour l’agriculture et le rif" et le Fonds International pour le Développement Agricole (FIDA). Elle vise la sensibilisation des acteurs publics, des organisations professionnelles ainsi que de la société civile sur les directives volontaires sur la gouvernance responsable des régimes fonciers en Mauritanie applicables aux terres, aux pêches et aux forêts.

Ces directives ont été entérinées à l’issue des discussions et délibérations de la 38ème session extraordinaire du conseil de sécurité alimentaire et de l’agriculture des Nations Unies du 11 mai 2002 à Rome.

Cette session a donné lieu à un certain nombre de mesures visant à promouvoir la gouvernance foncière en vue de garantir la sécurité alimentaire au niveau des pays en facilitant l’accès des petits producteurs aux terres, à la pêche et aux forêts aux fins de lutter contre la pauvreté et la faim.

Le secrétaire général du ministère du développement rural M. Mohamed Ould Ahmed Aida a, dans son mot pour l’occasion, souligné que la gouvernance foncière s’inscrit harmonieusement dans le cadre juridique national et international que constitue les directives volontaires sur la gouvernance responsable des régimes fonciers.

Il a relevé que les participants échangeront leurs idées sur la question afin de parvenir à une plateforme de dialogue politique visant à mettre en oeuvre une gouvernance responsable des régimes fonciers en Mauritanie objet de concertation et acceptable par tous afin de garantir une sécurité alimentaire durable pour lutter efficacement contre la pauvreté et la faim.

M. El Hacen Ould Taleb, secrétaire général du regroupement des associations d’éleveurs de Mauritanie a, dans son mot, noté que le thème de l’atelier est d’une importance capitale pour le pays et la sous-région, " car, il s’agit, au-delà des directives volontaires qui seront exposées et discutées durant le présent atelier, d’assurer une sécurité alimentaire nationale à travers une bonne sécurisation foncière au profit du monde rural en général et des petits producteurs en particulier" a-t-il dit.

Il a parlé également du nouveau partenariat liant son organisation et l’initiative Prospective Agricole et Rurale (IPAR), précisant que le GNAP animera des ateliers de sensibilisation "tous azimuts" autour des directives volontaires afin de parvenir à la création d’une plateforme de dialogue politique entre l’Etat et les différents acteurs de la société civile".

Le Représentant du Fonds International de développement agricole (FIDA) dans notre pays M. Gandega Silly a indique que son organisme a travaillé avec la commission de l’Union Africaine et la commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) à l’élaboration des lignes directrices pour une politique foncière panafricaine, qui "ont été entérinées par le sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA, tenu en 2009" a-t-il dit, affirmant que les questions foncières sont prioritaires pour le FIDA.

Le directeur exécutif de l’initiative Prospective Agricole et Rurale (IPAR), M. Cheikh Oumar Ba a indiqué que les spécificités de l’initiative est qu’elle réunit des compétences scientifiques et prospectives africaines occupant des responsabilités de haut niveau dans les institutions internationales et sous-régionales.

Il a indiqué également que cette initiative doit oeuvrer à l’acquisition de connaissances afin de les exploiter au profit des populations locales en coordination avec les organisations de la société civile, précisant que son organisation coopère en matière de gouvernance foncière avec des Etats dont la Gambie, le Mali, le Sénégal et la Mauritanie.

M. Cheikh Oumar Ba a souhaité enfin que ce processus constitue un dialogue positif pour la garantie d’une gouvernance foncière responsable au profit de tous en faveur du développement dans un cadre de coordination et de complémentarité.

Source : http://www.ami.mr/fr/index.php?page=Depeche&id_depeche=28061