Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / L’IPAR dans la presse / Dialogue multi-acteurs sur la réforme foncière au Sénégal : de la nécessite de (...)

Dialogue multi-acteurs sur la réforme foncière au Sénégal : de la nécessite de l’implication de tous pour une reforme sans problème

3 septembre 2015

Le projet de réforme foncière, soutenu par plusieurs organisations non gouvernementales, nécessite l’engagement des populations aussi. Ainsi, pour deux jours, un atelier dialogue multi-acteurs, est organisé à Dakar pour partager les résultats de la mise en œuvre du projet.

Pour une meilleure gestion du foncier au Sénégal, les acteurs organisent depuis hier, un atelier dénommé dialogue multi-acteurs pour réfléchir ensemble sur les enjeux du foncier en s’ouvrant à la société civile. Cette rencontre qui se déroule après plusieurs mois de mise en œuvre, devra permettre aux acteurs du foncier de partager leurs expériences afin d’accorder une force au foncier.
Selon le conseiller technique pour la Commission Nationale de Réforme Foncière (Cnrf), Mamadou Fall, l’objectif de la rencontre c’est de confronter toutes les idées pour arriver à un meilleur cadre. Et, il relève qu’ils pourront, à partir de cela, enrichir leur document de politique foncière. « Notre devoir est de voir quelle est la solution la meilleure qui ne crée pas de problème ici au Sénégal en tenant compte des coutumes et des usages. Et c’est la grande difficulté car en fonction des régions, les sensibilités ne sont pas les mêmes ».
Ainsi, pour une participation responsable des acteurs de la société civile et des organisations de producteurs au processus de réforme foncière au Sénégal, les organisateurs comptent mobiliser les jeunes, les femmes pour la capitalisation des bonnes pratiques du foncier. Selon le directeur exécutif de l’Initiative Prospective Agricole et Rurale (Ipar), Cheikh Oumar Ba, le consensus national pour une implication de tous, permettra aussi de connaitre une réforme qui sécurise les producteurs mais aussi qui permet des investissements pour que le Sénégal puisse se développer. « Il y a un accent important car il y a une volonté de prendre en compte des femmes et jeunes car aucune réforme ne peut prospérer si elle ne prend pas en compte les préoccupations de toutes les catégories d’acteurs ». 
Le conclave a été aussi bien accueilli par les parlementaires, par la voix du président de la Commission de développement et de l’aménagement du territoire à l’Assemblée nationale. Cheikh Seck déclare que « la démarche de l’Ipar est participative et inclusive car cela va leur faciliter la tâche dans le domaine ».
Ainsi, les acteurs essaient de mutualiser toutes les informations au bénéfice du Sénégal, consolider la stabilité sociale et mettre en avant la responsabilité, les droits de la population pour un développement adéquat. Et M. Seck de confirmer : « il y a un ensemble de facteurs qu’on doit prendre en compte pour que la réforme ne soit pas déconnectée des réalités sociologiques du Sénégal ». Ainsi, pour deux jours, l’atelier sur initiative de la société civile serait marquée par le partage, la discussion et enfin voir les résultats pour s’ouvrir aux perspectives.

Source : http://www.sudonline.sn/de-la-necessite-de-l-implication-de-tous-pour-une-reforme-sans-probleme_a_26200.html