Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / L’IPAR dans la presse / Gouvernance des ressources minérales : les parlementaires s’engagent pour (...)

Gouvernance des ressources minérales : les parlementaires s’engagent pour plus de transparence dans le secteur

18 mars 2015

Le réseau des parlementaires pour la bonne gouvernance des ressources minérales au Sénégal a été lancé hier, mardi 17 mars. Ce réseau dont la principale mission est de défendre les intérêts des populations impactées par l’exploitation minière a été mis en place en octobre 2014 par 54 députés de l’Assemblée nationale.

Pour une gestion durable et transparente dans la gouvernance des ressources minérales au Sénégal, un réseau des parlementaires a été porté sur les fonts baptismaux par une cinquantaine de députés de la 12e législature. Ce réseau dont le Président est le député Mamadou Lamine Diallo a été lancé hier, mardi 17 mars, lors d’une cérémonie.

Selon son secrétaire exécutif, le député Cheikhou Omar Sy, la vision dudit réseau est de faire du secteur minier un facteur de développement devant servir de levier au secteur secondaire sur la contribution du Pib par une amélioration de la productivité et de la compétitivité tout en renforçant les dispositions de la gestion de l’environnement.
« Le Sénégal est devenu un pays minier dont les ressources sont convoitées, d’où la nécessité de s’engager pour une gestion durable et transparente de ces ressources et pour une répartition juste et équitable des retombées en vue de la préservation de la paix et de la cohésion sociale », indique-t-il.

Pour lui et ses collègues parlementaires, les contraintes liées à l’exploitation de ces ressources au Sénégal nécessitent l’application de réformes ou des innovations afin de permettre au pays d’en tirer profit. Pour cela, ils estiment qu’il faut nécessairement l’engagement des décideurs publics.

Pour accomplir cette mission, Mr Sy a fait savoir que les membres du réseau vont dérouler un plan d’action durant toute l’année 2015. Ainsi des ateliers de partage seront organisés en collaboration avec les partenaires pour échanger et comprendre le contexte actuel des ressources minérales et pour voir quelle est meilleure forme pour discuter et adopter un code minier consensuel. Des visites de terrain sont aussi prévues dans les zones de Kédougou de Matam pour mieux s’imprégner de ce qui se passe sur le terrain et évaluer la contribution de l’industrie minière dans ces localités. 

Ndeye Aminata CISSE | 18/03/2015

Source : http://goo.gl/bL3eFz