Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Que faisons-nous ? / Mise en débat / Les élections 2012 / Le processus

Le processus

L’IPAR a décidé de s’investir « créer un espace de débat et de dialogue entre les différentes composantes de la société sénégalaise (politiques, économiques et sociales) sur la vision et les perspectives qu’elles placent dans le secteur agricole et rural ». Le processus d’informations et de débat citoyen se déroule en 4 phases liées au calendrier électoral : 

  • une mobilisation des médias ; 
  • un débat électronique ; 
  • un forum citoyen ;
  • l’audition des candidats.

 Pourquoi un débat citoyen ?

Le contexte pré électoral actuel est favorable pour un débat citoyen sur le secteur agricole et rural. En février 2012, les sénégalais éliront un Président de la République pour sept (7) ans. Après l’alternance intervenue en 2000, ce rendez-vous constitue un moment décisif dans l’histoire politique du Sénégal. Une quinzaine de candidats sont annoncés et un débat s’amorce déjà sur les enjeux et défis sociaux, démographiques et économiques auxquels le Sénégal fait face : générer une croissance vigoureuse et soutenue pour impulser un développement durable et harmonieux des sphères économique, sociale et écologique afin de créer de la richesse équitablement répartie offrir des emplois aux jeunes actifs arrivant en masse sur le marché du travail, etc. De plus en plus, une demande citoyenne s’exprime ouvertement pour qu’il y’ait plus de visibilité sur les programmes des divers candidats à la magistrature suprême.

De plus en plus, une demande citoyenne s’exprime ouvertement pour qu’il y’ait plus de visibilité sur les programmes des divers candidats à la magistrature suprême.

En février 2012, les sénégalais éliront un Président de la République pour sept (7) ans. Après l’alternance intervenue en 2000, ce rendez-vous constitue un moment décisif dans l’histoire politique du Sénégal. Une quinzaine de candidats sont annoncés et un débat s’amorce déjà sur les enjeux et défis sociaux, démographiques et économiques auxquels le Sénégal fait face : générer une croissance vigoureuse et soutenue pour impulser un développement durable et harmonieux des sphères économique, sociale et écologique afin de créer de la richesse équitablement répartie offrir des emplois aux jeunes actifs arrivant en masse sur le marché du travail, etc.

La vocation d’IPAR est d’œuvrer à la mise en débat de problématiques à dominante agricole et rurale sur la base des acquis de la recherche. C’est ainsi qu’elle a décidé de s’investir pour faire émerger une plate-forme d’échanges sur les enjeux de l’agriculture et du monde rural. Le Conseil d’administration de l’IPAR a donné mandat à sa direction exécutive d’animer un débat ouvert, profond et méthodique, avec l’ensemble des acteurs publics, privés et notamment avec la classe politique sénégalaise sur les enjeux des élections pour le secteur agricole et rural.

Au Sénégal comme dans le reste du monde, on ressent encore les effets des crises multiformes (financière, énergétique et alimentaire) des trois dernières années et leurs impacts sur les performances de l’économie nationale. Différents acteurs du développement se mobilisent pour élaborer une vision pour le futur du Sénégal et des politiques de développement. Tout le monde semble s’accorder sur le fait que ces politiques devront réserver une place de choix au secteur agricole et à l’économie sénégalaise.

La période pré-électorale offre à IPAR une opportunité intéressante pour 

  • contribuer à repositionner l’agriculture et le secteur rural au cœur des politiques publiques et, 
  • échanger avec tous les citoyens et acteurs, notamment les candidats, sur leur vision et les programmes qu’ils proposent en rapport avec les enjeux et défis qu’ils ont définis.

Qu’est-ce qu’on cherche ?

IPAR propose une plate-forme d’échanges sur les enjeux de l’agriculture et du monde agricole. L’objectif recherché est de « créer un espace de débat et de dialogue entre les différentes composantes de la société sénégalaise (politiques, économiques et sociales) sur la vision et les perspectives qu’elles placent dans le secteur agricole et rural ». Ainsi, IPAR cherche à contribuer à un engagement des candidats pour la prise en compte effective de la demande des ruraux et des citoyens en général à travers des politiques pertinentes répondant aux enjeux et défis de l’agriculture sénégalaise identifiés grâce au débat.

Il s’agit de créer un espace citoyen de confrontations d’idées et de programmes en vue de « permettre aux citoyens de mieux comprendre les enjeux du secteur pour le développement du pays et la place que les candidats comptent réserver à l’agriculture et au monde rural ».

A la fin du processus, les résultats suivants sont attendus :

 Les enjeux et défis de l’Agriculture et du Monde Rural sont identifiés ;
 Des orientations politiques sont proposées ;
 Les électeurs ont une compréhension claire des enjeux et défis du Monde Rural ;
 Le choix des électeurs est fondé sur la pertinence des propositions des candidats par rapport aux enjeux et défis.

Comment ça se déroule ?

 Le processus comporte différentes phases liées au calendrier électoral :

 une mobilisation des médias démarrée le mois de décembre 2011 (presse écrite, télévision, radios) ;
 un débat électronique du 18 janvier au 18 mars 2012  ;
 un forum citoyen ouvert du 13 au 14 février 2012  ;
 l’audition des candidats durant la campagne électorale, du 06 au 24 février 2012.

La mobilisation de tous les secteurs de médias

 Le but recherché est de sensibiliser et d’informer les médias sur la place importante à réserver au secteur agricole et rural lors des élections présidentielles. La mobilisation a démarré à travers un atelier de formation, d’information et de sensibilisation des journalistes, organisé à Mbour (région de Thiès) durant le mois de décembre 2011. Cet atelier a vu la participation de la majorité des journalistes venant des différents organes de presse parlée, écrite et télévisuelle. La mobilisation va continuer tout au long du processus et concernera les médias publics, commerciaux et communautaires.

Le forum citoyen ouvert à toutes les catégories d’acteurs

Le forum est conjointement organisé par l’IPAR, le Conseil national de concertation et de coopération des ruraux (CNCR) et le Conseil des organisations non gouvernementales d’appui au développement (CONGAD), du 13 au 14 février 2012, à Dakar. Il concerne l’ensemble des acteurs intéressés par le devenir de l’économie sénégalaise : représentants de l’Etat, des organisations de producteurs, du secteur privé, des médias, de la société civile et des bailleurs de fonds. Il sera l’occasion de cibler les enjeux majeurs du devenir du monde rural sénégalais selon les points de vue des différents acteurs. Il devrait permettre aux citoyens sénégalais, notamment urbains, de mieux comprendre les principales missions de l’agriculture sénégalaise et les enjeux afin de mieux identifier les défis à relever pour le développement du Sénégal. Il permettra d’échanger sur les enjeux du développement agricole et rural et de partager des propositions paysannes de réforme foncière.

L’audition des candidats à l’élection présidentielle

Prévue du 06 au 24 février 2012, cette étape constitue un temps fort dans le processus. Il s’agit ici de créer les conditions pour que les candidats à l’élection présidentielle débattent avec un expert commis par l’IPAR et un journaliste sur la place et le rôle qu’ils assignent à l’agriculture et au monde rural dans leurs programmes. Ces auditions doivent permettre de faire ressortir les propositions et positions des candidats et leurs engagements à court et moyen terme.

Ainsi, les différents candidats pourront :

  • apprécier les enjeux et les défis pour le secteur agricole et rural, notamment les questions démographiques, de l’emploi, du foncier, etc. ;
  • présenter leurs programmes en mettant en lumière le domaine agricole et rural ;
  • proposer des solutions face à ces défis et exposer les mécanismes techniques, financiers et institutionnels prévus pour la mise en œuvre et enfin ;
  • indiquer les quelques mesures fortes à prendre dès la première année de campagne agricole.

Les auditions seront diffusées en partenariat avec les télévisions de la place et les radios aussi bien urbaines que rurales. Les modalités seront précisées ultérieurement.

Comment y participer ?

Le débat est ouvert et toutes les catégories d’acteurs de la société sénégalaise peuvent s’impliquer dans le processus de différentes manières. A chaque étape et à travers le site d’IPAR, chaque individu peut s’exprimer à titre personnel ou à travers sa structure, pour donner son point de vue sur les enjeux ou réagir par rapport aux points de vue exprimés.

Les organes de presse parlée, écrite et télévisuelle sont invités à :

  • s’engager dans la diffusion des informations en amont aux différents événements,
  • participer aux événements et/ou 
  • diffuser les résultats. Les acteurs de développement partenaires du Sénégal sont également invités à s’impliquer dans le débat.