Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Revue de presse / Les maladies animales toujours présentes au-delà des frontières sénégalaises (...)

Les maladies animales toujours présentes au-delà des frontières sénégalaises (DG ISRA)

2 juin 2014

Le Sénégal, de concert avec ses voisins, doit renforcer ses dispositifs de lutte contre certaines maladies animales, pour conjurer la menace représentée par leur persistance dans certains des pays frontaliers, a indiqué, mercredi à Dakar, le directeur général de l’Institut sénégalaise de la recherches agricoles (ISRA), Alioune Fall.

"Si le Sénégal est maintenant indemne de la peste bovine, la menace existe au-delà de nos frontières. Il en est ainsi de la menace des autres maladies tout aussi dangereuse pour nos populations, mais aussi pour notre économie", a-t-il déclaré à l’ouverture d’un atelier de planification du volet recherche-développement en élevage.

Cette rencontre organisée en partenariat avec la coopération Corée-Afrique pour l’alimentation et l’agriculture (KAFACI), a enregistré la présence de l’ambassadeur coréen au Sénégal, Shin Chong-Weon, et du directeur de cabinet du ministère de l’Elevage Cheikh Tidiane Diop.
"L’atelier qui nous réunit montre que nos pays sont frontaliers et que l’élevage doit être abordé de manière holistique", a indiqué le directeur général de l’ISRA.

Du point de vue de Alioune Fall, arriver à régler la question de la santé alimentaire au Sénégal ne signifie pas une solution définitive à ce problème, "car si on règle la question de la santé alimentaire au Sénégal, il faut également la régler au Mali, en Gambie en Guinée".

Selon lui, "en matière de recherche-développement, ce n’est qu’en conjuguant nos efforts que nous viendrons à promouvoir l’essor de l’élevage par l’augmentation des productions animales, source de revenus indéniables pour les populations rurales".

Il a rappelé que l’agriculture occupe au Sénégal environ 60% de la population, "un pourcentage qui signe son importance dans l’économie du pays, car elle est une composante essentielle dans les stratégies mises en œuvre pour lutter contre la pauvreté et la malnutrition des populations".

Les recherches du Laboratoire national de l’élevage et de recherches vétérinaires (LNERV) ont abouti au développement et à la production de 28 types de vaccins qui permettent de maîtriser les principales maladies animales. La peste bovine, la plus dangereuse pour le cheptel, a ainsi été éradiquée, a précisé le DG de l’ISRA, en évoquant "la place essentielle" de l’ISRA dans la recherche animale au Sénégal.

Cet atelier qui prend fin jeudi réunit plusieurs représentants des pays africains membres de la KAFACI, une instance créée en 2010 pour traiter des questions fondamentales de recherche-développement en élevage dans les pays membres constitués en réseau.
 

Source : http://www.aps.sn/articles.php?id_article=125793