Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Revue de presse / Lutte contre le changement climatique : le Sénégal s’organise pour réduire les (...)

Lutte contre le changement climatique : le Sénégal s’organise pour réduire les risques à 2%

2 mars 2015

« Le Sénégal est fortement exposé à des changements climatiques ». C’est l’avis du directeur de cabinet du ministre de l’environnement et du développement durable, Souleymane Diallo.
Mais en attendant le grand rendez vous de Paris, les experts devront travailler à réduire les risques jusqu’à 2%. Tel a été l’objectif de l’atelier tenu hier jeudi 26 février à Dakar sous la formule de contributions prévues déterminées au niveau national (CPDN).
Les acteurs de l’environnement se sont encore réunis à travers un atelier de partage et d’information sur les contributions prévues déterminées au niveau national (CPDN). La rencontre qui a eu lieu hier, jeudi 26 février revient sur les changements climatiques et leurs méfaits au Sénégal.
Selon le directeur de cabinet du ministre de l’environnement et du développement durable, Souleymane Diallo, venu présider la rencontre, le Sénégal fait partie des pays africains les plus exposés. A cet effet, il a estimé qu’une réaction rapide est nécessaire.
« Les effets négatifs du changement climatique ne sont plus à démontrer et c’est les pays pauvres comme le Sénégal qui vont en souffrir. Notre pays est fortement exposé et la contribution collective de tous les experts s’impose »,a-t-il avancé.
Aujourd’hui, il est démontré que le processus de réchauffement climatique est entrain de prendre des proportions allant jusqu’à 3 ou 4 degré si rien n’est fait dans 5 voir 15 ans. Toutefois, « l’objectif est d’en arriver à un chiffre de 2% pour réduire les effets néfastes du changement climatique », a souligné le directeur général du comité national sur les changements climatiques (Comnacc), Ousmane Fall Sarr.
Pour y arriver, ce dernier a préconisé un cadre juridique contraignant. En vue de la 21e conférence des parties à la Ccnucc qui se tiendra à Paris en fin 2015, M. Sarr a appelé à une démarche participative de tous les acteurs. Il les a exhortés à avoir une feuille de route avec des perspectives et des orientations afin de rendre efficace le travail. Le représentant de l’ambassadeur de la France au Sénégal, pour sa part, a souligné que son pays a choisi d’appuyer un certain nombre de pays menacés par les changements climatiques à l’exemple du Sénégal.
Soulignons que pour une bonne démarche des CPDN, l’Etat du Sénégal a mis en place un comité de pilotage qui a pour mission non seulement de coordonner, mais aussi de suivre la mise en œuvre des différentes activités du processus du CPDN déclinées à travers la feuille de route proposée pour 2015 et adoptée par le Comnacc.
L’université des Nations unies pour l’environnement et la sécurité humaine (UNU-EHS) et l’Alliance Development Works, ont défini un indice mondial d’exposition humaine face au risque de changement climatique : le World Risk Index (WRI). Cet indice traduit le risque, en pourcentage, qu’une communauté humaine soit exposée aux catastrophes naturelles.

SENENEWS.com | 27/02/2015

Source : http://goo.gl/fJpOE0