Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Revue de presse / Partenariat entre la Fongs et l’Anida : Une vingtaine de fermes agricoles (...)

Partenariat entre la Fongs et l’Anida : Une vingtaine de fermes agricoles prévues dans le bassin arachidier

5 mars 2015

A travers une convention de partenariat signée avant-hier à Mékhé, entre la Fédération des organisations non gouvernementales du Sénégal (Fongs Action paysanne) et l’Agence nationale d’insertion et de développement agricole (Anida), une vingtaine de fermes familiales dénommées « Naatangué », verront le jour ces deux prochaines années (2015-2016).
Selon le président du conseil d’administration de la Fongs Action paysanne, Babacar Diop, « il s’agit de mettre en place 20 fermes agricoles « Naatangué » qui seront portées par des exploitations familiales membres des associations affiliées à notre fédération dans la zone agro-écologique du bassin arachidier ». Mais, ajoute-t-il, « nous allons procéder par étape avec une première phase de neuf fermes dans le courant de cette année 2015 et la seconde phase va concerner les 11 fermes restantes en 2016 ». Selon les conditions générales de la convention, l’identification des sites d’implantation se fera en fonction de la réaction des exploitations familiales qui sont disposées à octroyer un à deux hectares à un jeune homme ou une femme de moins de 35 ans de la famille, engagé à développer le concept de ferme familiale « Naatangué ». Dans cette optique, l’Union des groupements paysans de Mékhé (Ugpm) va bénéficier, comme l’a indiqué son président Fallou Diagne, « de deux fermes agricoles dans ce programme pour avoir satisfait à cette exigence. Notamment dans les villages de Kouré Mbatar et de Thyll Peulh », avec deux hectares pour chaque exploitation agricole.

Des fermes équipées
D’ailleurs, les groupements paysans de Mékhé ont déjà cette expérience des fermes avec le prototype qui a été mis en place dans le village de Ndia (3 km de Mékhé). Les responsables des deux entités signataires ont pu visiter la ferme à vocation maraîchère avec son système de goutte-à-goutte favorisé par un bon système d’alimentation en eau potable à partir du château d’eau de 30 m3 qui dessert, en même temps, le village pour la consommation en eau des habitants. « A ce niveau, nous avons accordé 5 m3 d’eau potable aux habitants pour leurs besoins de consommation et les 25 m3 restants assurent les besoins de diversification des productions maraîchères (oignon, tomate, piment et autres spéculations) », souligne Fallou Diagne. Ceci, à la grande satisfaction des producteurs et villageois.
Cette initiative semble avoir motivé le choix de Mékhé pour abriter la cérémonie de signature de la convention entre le Fongs et l’Anida pour la mise en place des fermes familiales pour un montant plafond de 12 millions de FCfa par ferme. Celles-ci seront ainsi aménagées sur une superficie d’un à deux hectares extensibles. Ces fermes seront pourvues d’un puits équipé d’une pompe fonctionnant préférentiellement à l’énergie solaire, une aire maraîchère de 0,5 hectares, un bassin piscicole de 280 m3, un poulailler de 12 m2 et une petite étable, un petit réservoir d’eau surélevé (1 à 5 m3) et un habitat permettant à l’agriculteur de vivre dans sa ferme.
« Nous allons, de ce pas, évaluer les sites présélectionnés par nos partenaires, approuver et définir le calendrier d’exécution du programme de réalisation et mobiliser la quote-part représentant les 50 % du coût des fermes », a déclaré le directeur de l’Agence nationale d’insertion et de développement agricole (Anida), El hadji Malick Sarr. « Aussi, il sera apporté un concours technique pour la réalisation des fermes de même qu’un suivi et la réalisation des aménagements seront assurés en relation avec la Fongs », a-t-il ajouté.

El Hadji Mohamadou SAGNE THURSDAY, 05 MARCH 2015

Source : http://goo.gl/QFpu6r