Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Revue de presse / Reconstitution du capital semencier du maïs : L’Ancar exploite 55 hectares à (...)

Reconstitution du capital semencier du maïs : L’Ancar exploite 55 hectares à Dialacoto

2 juin 2014

Le directeur général de l’Agence nationale du conseil agricole et rural (Ancar) a été l’hôte des cultivateurs de la zone de Dialacoto, plus précisément des villages de Médina Soko et Médina Kouta.

C’était dans le cadre du programme de production de semences céréales et légumineuses, conduit sous l’égide du Wapp, à travers un financement du Fonds national de recherche agricole et agronomique (Fnraa), que s’inscrit cette visite, a confié Mme Soukeyna Chimère Diaw de la direction générale de l’Ancar. Elle a regretté que pour cette première campagne, la mise en place tardive des financements ait entraîné un gros retard dans le démarrage du programme.

La coordonnatrice du programme s’est félicité néanmoins que malgré ce retard, les champs sont actuellement en phase d’épiaison et que les cultures sont en croissance normale, ce qui rassure son service même si elle promet pour l’année prochaine un démarrage plus rapide des activités culturales, pour des rendements encore meilleurs. Soukeyna Chimère Diaw va indiquer que malgré ce retard dans l’obtention des financements, ils ont pu, pour cette zone, emblaver quelques 54 hectares de maïs, de niveau base, variété « early taï ». Mme Diaw ajoutera que dans ce village de Médina Soko où s’est rendu la délégation, la situation des cultures est très bonne car, elles sont toutes en pleine phase d’épiaison, bien qu’elles aient été semées tardivement. Et de renchérir que, si toutefois elles recevaient encore deux voire trois pluies, les résultats escomptés pourraient être atteints.

Ce programme dont l’Ancar a pu bénéficier de la part du Fnraa, couvre 4 zones, à savoir, le Sénégal oriental et haute Casamance (Sohc), la basse et moyenne Casamance, le bassin arachidier et la zone de la vallée. Pour cette campagne, le programme n’a couvert que 100.25 ha, mais il se fixe comme objectif au bout de deux ans, d’apporter au Fnraa quelques 740 tonnes de semences, explique Soukeyna Diaw.

Le directeur de l’Ancar a exprimé la bonne impression que lui a laissée le programme dans son ensemble, tel qu’il se déroule sur le terrain. Amadou Issa Ndiaye a aussi précisé que dans la recherche d’une plus grande efficacité et pour assurer la certification des semences, le Fnraa a tenu à associer tous les acteurs et tous les services concernés. Madame Mariama Dramé responsable de l’Ancar dans la zone (Sohc) dira que l’objectif du programme est de constituer un capital semencier de maïs, avec un potentiel de rendement élevé, de professionnaliser les cultivateurs dans la production des semences, et surtout de faire d’eux des opérateurs de semences.

 

Lire en ligne