Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / L’IPAR dans la presse / Taux d’activité élevé des jeunes dans trois zones agricoles du Sénégal (...)

Taux d’activité élevé des jeunes dans trois zones agricoles du Sénégal (étude)

16 février 2015

Le taux d’activité des jeunes dans les zones agricoles du Bassin arachidier (Centre), des Niayes (banlieue dakaroise) et du Delta (Nord) demeure très élevé, selon les résultats d’une étude sur cette catégorie de population rendus publics jeudi à Dakar.
‘’Les actifs représentent plus de la moitié de la population soit 60% pour le Bassin arachidier, 76% pour les Niayes et 70% pour le Delta », a indiqué Ibrahima Hathie, chercheur à l’Initiative prospective agricole et rurale (IPAR).

Il présentait les résultats du projet pour le Sénégal ‘’Emploi des jeunes et migration en Afrique de l’Ouest (EJMAO) ».

Selon lui, cette présence relativement élevée des actifs s’explique en grande partie par l’importance des activités agricoles qui représentent le premier secteur d’emploi dans les trois zones d’étude.

Il a ajouté que ‘’le rapport de masculinité affiche un équilibre relatif homme/femmes pour les actifs de manière générale, en particulier pour les jeunes de 15-34 ans ». Par contre, le ratio de dépendance est bien moins favorable pour le bassin arachidier (0,7) alors qu’il est plus bas dans les Niayes (0,3) et au Delta (0,4).

Selon M. Hathie, la migration est assez importante dans le Bassin arachidier et les migrants représentent en moyenne 15% des effectifs des ménages contre 6% dans les Niayes et 4% dans le Delta.

L’étude a porté sur 1492 ménages et selon le chercheur de l’IPAR, ‘’Les Niayes et le Delta apparaissent comme des zones d’immigration saisonnière car elles offrent une grande capacité d’absorption de main d’œuvre agricole ».

Les actifs des ménages se caractérisent par un faible niveau d’instruction.

‘’Dans les trois zones, la proportion des actifs sans niveau scolaire est très élevée surtout dans le Bassin arachidier (41%) et les Niayes (44%) », a affirmé M. Hathie.

Pour les actifs ayant bénéficié d’une instruction, il ressort des trois zones qu’une partie importante n’a pas dépassé le cycle primaire. L’étude a relevé cependant des taux d’instruction relativement importants dans les cycles moyens et secondaires surtout dans le Delta.

12 février 2015

Source : http://fr.starafrica.com/actualites/taux-dactivite-eleve-des-jeunes-dans-trois-zones-agricoles-du-senegal-etude.html